Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le velo de Cat
  • Le velo de Cat
  • : la vie et le vélo côté féminin
  • Contact

Profil

  • Catherine
  • licenciée à l'USC amiènois, 3enfants,pacsée à Michel.
A 15 ans 2 jours j'ai écrit dans mon journal "Je ne voudrais plus faire que ça, pédaler, grimper, souffrir, sourire...bref vivre à vélo". 
Je crois avoir réussi.
  • licenciée à l'USC amiènois, 3enfants,pacsée à Michel. A 15 ans 2 jours j'ai écrit dans mon journal "Je ne voudrais plus faire que ça, pédaler, grimper, souffrir, sourire...bref vivre à vélo". Je crois avoir réussi.

Cumul kilométrique 2016

 

2016  : 11805

2015 12066

2014:  12 826

2013: 11 360

2012: 10 640

2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 19:17
22 août Fort-Mahon
22 août Fort-Mahon

Il est midi, la plage est encore clairsemée à marée basse. La couleur de la mer est d'un profond bleu iréel,

22 août Fort-Mahon

Mais 4 heures plus tard la chaleur a amené la foule sur la plage, comme Léa entre ses deux amies. Et la marée ne sera haute qu'à 17h15, il va falloir se serrer encore plus. Déjà pour supporter le sable brûlant il faut se tremper et se tremper encore, jouer avec les vagues gigantesques mais douces.

22 août Fort-Mahon

Et enfin c'est le soir, il est plus de 20h , le soleil descend mais brille encore, il fait bon, on recule le moment de quitter la plage et de ranger les vacances.

Repost 0
Published by Catherine
commenter cet article
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 18:26
20 août Amiens-Arras-Amiens

J'ai d'autant plus adoré cette longue distance vers Arras que je ne devais pas en être ; mais c'était ce 20 août mon jour de pause balnéaire et entre deux journées de plage, j'ai pu échanger provisoirement maillot de bain contre cuissard, avec une belle réussite.

J'ai prévenu hier Didier, le gentil organisateur, que je serai au départ, et les quelques gouttes de pluie à l'aube n'auront pas raison de ma résolution. Didier a en revanche reçu nombre de SMS de désistement et nous ne sommes au club que 4 valeureux ! Mon vélo n'ayant aucune utilité pour les bains de mer a été un peu abandonné et est complètement à plat. Philippe, avec sa gentillesse coutumière entreprend de partir le regonfler dans son magasin ; la dizaine de minutes que dure son absence suffit à stopper les gouttelettes et à découvrir...qu'il fait chaud !

20 août Amiens-Arras-Amiens

C'est donc bras nus et sans imper que nous démarrons. Grâce à la bénédiction de Jean-Robert plus une seule goutte ne tombe sur nos têtes, le soleil apparaît même vers 10h30 à notre entrée dans le Pas de Calais, sur des routes enfin propres et sèches. Car Didier a tracé un circuit novateur, sans une pointe d'ennui, sur des routes champêtres mais donc aujourd'hui boueuses : nos vélos sont très sales.

20 août Amiens-Arras-Amiens
20 août Amiens-Arras-Amiens

Notre humeur est joyeuse, notre niveau sportif homogène rend l'allure délicieusement fluide. Nous sommes surpris d'arriver trop tôt à Arras ; Philippe qui connaît bien le coin , nous entraîne sur une boucle reliant de charmants villages artésiens.  

20 août Amiens-Arras-Amiens

Il n'est pourtant toujours pas midi à notre arrivée sur la grand-place d'Arras et les terrasses sont encore vides.  

20 août Amiens-Arras-Amiens
20 août Amiens-Arras-Amiens

Philippe est vraiment la générosité même : non content de sponsoriser avec largesse notre association, il se propose maintenant de nous offrir le repas ! Tant pis pour les dégonflés du matin, effrayés par une petite pluie d’Été...nous choisissons la terrasse du « St Christophe » qui propose un appétissant  potjevleesch. Cette entorse à mon régime sandwichs insipides m'inquiète mais je me laisse porter par l'ambiance amicalement gourmande.

Nous repartons rassérénés et réjouis. La digestion me rend la respiration difficile mais mes jambes tournent sans faiblir.

20 août Amiens-Arras-Amiens

Le parcours du retour nous mène de village en village verdoyants, sur de charmantes routes bucoliques jusqu'aux pentes septentrionales à Amiens, nous aurons presque 1200m de dénivelé sur 146km. C'est d'ailleurs dans la petite bosse à la sortie d'Authie que nous sommes salués par Arnaud de son jardin étagé.

Le soleil illumine la ville pour notre halte à la terrasse de « L'embuscade » où nous sommes rejoints par Bruno H qui rentre de sa sortie solitaire de l’après-midi.

Cette longue distance fait partie des « grands crus » de l'année ; comme quoi la qualité est souvent inversement proportionnelle à la quantité.

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 19:31
5 août en route vers Gerberoy
5 août en route vers Gerberoy

15°C seulement en ce matin du 5 août mais la météo promet une chaleur intense pour une longue distance vers Gerberoy sur un tracé sans (presque) aucun rapport avec l'habituel.

Sans compter Jean-Robert venu en curieux , Bruno , Didier, Dominique, Frédéric, Guillaume, Jack, Manu, Michel , Philippe B, Philippe R sont au total 10 à m'attendre au club d'où j'appelle le bar de Songeons pour commander sandwichs (et desserts pour les gourmands).

Jusqu'à Fleury, rien d'autre sous nos roues que du banal...mais après l'aventure commence : nous bifurquons sur Dargies, la route serpente entre les bois, le long des Evoissons avant que nous nous égarions une première fois. Heureusement Guillaume est « de ch'coin lo » et nous ramène sur le circuit que j'ai élaboré , mais pas testé...Au détour d'un bosquet, nous sommes surpris par une route au pourcentage moyen de 12, avec des passages à 15%, debout sur les pédales, appliqués à faire avancer notre vélo sans tomber. J'avais promis l'aventure !  

5 août en route vers Gerberoy

A partir de Marlers nous empruntons le circuit traditionnel jusqu'à la douce montée vers Gerberoy.

5 août en route vers Gerberoy
5 août en route vers Gerberoy

Mais cette fois c'est sans crainte que j'aborde la descente où je m'étonne encore de ne donner qu' un seul coup de frein et d'arriver en bas avec mes compagnons.

5 août en route vers Gerberoy
5 août en route vers Gerberoy

L’accueil à la terrasse du bar de Songeons est parfait ; on ne sait plus bien qui de la famille est au service aujourd'hui mais nous sommes choyés, il y a même des feuilletés aux pommes ajoutés « aucasoù » qui à peine posés trouvent preneurs. La bière est bonne, la pause est joyeusement conviviale, comme d'habitude.

Bien sûr pour sortir de Songeons , il nous faut monter vers Morvillers doucement ; mais c'est à Thérines que je nous égare vraiment en tournant vers Roy-Boissy qui n'était nullement indiqué sur mon plan...

5 août en route vers Gerberoy
5 août en route vers Gerberoy

Et nous ne le regrettons pas ! S'il nous faut tourner un peu en rond pour retrouver la direction de St Maur, c'est à travers des villages hautement pittoresques dans un paysage enchanteur. Notre seul souci va être de retrouver ce chemin pour une prochaine fois car le détour vaut vraiment la peine, non seulement pour le plaisir des yeux mais aussi pour le plaisir sportif avec une longue bosse à la pente très douce dans un bois rafraîchissant.

Nous arriverons sans encombres jusqu'aux routes connues de la vallée de la Selle, la fin de la sortie manque d'être gâchée par ceux qui n'ont pas encore compris que les Longues Distances c'est « ensemble dans une solidarité sans failles » mais est sauvée dans la bonne humeur par tous les autres.

Je décide de passer par chez moi...je prends le temps de relever le courrier, de faire rentrer Raphi, d'échanger quelques mots avec Michel...et j'arrive pourtant à « L'embuscade » pile au même moment que les copains ! Mon itinéraire est donc beaucoup plus court que le leur, on vient seulement de le découvrir !

5 août en route vers Gerberoy

Il fait si chaud que nous ne supportons pas l'atmosphère de la terrasse pourtant ombragée, nous nous installons à l'intérieur et c'est encore un grand moment d'amicale complicité avec deux tournées offertes , l'une par Dominique, l'autre par Manu, sauf erreur de ma part.

J'ai 182km au compteur et de superbes images de campagne estivale dans la tête.

Repost 0
Published by Catherine
commenter cet article
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 10:19
Dimanche d'août

20h...il ne reste presque plus que nous sur la plage...et nous n'avons pas envie de la quitter, ainsi, à marée haute...

Dimanche d'aoûtDimanche d'août

.et nous n'avons pas envie de la quitter, ainsi, à marée haute...dans quelques minutes Sylvie va même replonger dans les vagues.

Dimanche d'août

Contraste avec la foule de 17h malgré le ciel plombé...

Dimanche d'août

Le soleil ne s'est mis à vraiment briller que vers 18h...à noter qu'entre 18 et 20h Léa est restée dans la même position-lecture....

Repost 0
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 09:38
Premier août

Le temps n'est pas toujours cet assassin dévoreur...il sait aussi se faire bonheur des jours qui reviennent et nous ramènent au plaisir des retrouvailles avec les lieux et les êtres aimés dans l'Eté revenu.

Et je rends grâce au Ciel de nous rassembler encore tous à Fort-Mahon, en pleine forme!!!!!!

Premier aoûtPremier août

Chargement....

Premier août
Premier aoûtPremier aoûtPremier août

....et déchargement...

Premier août
Premier août
Premier août
Premier août

...et direction la plage, où il fait si bon que nous y restons jusqu'à ce qu'elle se vide de ses estivants vers 20h...

Repost 0
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 18:52

La longue distance prévue nous emmenait à Crécy.en Ponthieu ..et j'ai eu envie d'ignorer le parcours « officiel » de 150km pour en créer un complètement inédit, exploration de routes que nous n'avions jamais sillonnées.

Il fait vraiment très frais à 8h30 ce 30 juillet, seulement 12°C à Amiens, mais comme prévu la température va monter dans la journée, les coupe-vents et les manchettes vont être repliés, il fera 25°C à Crécy.

Forêt de Crécy

Nous sommes 11 au club : (dans l'ordre sur la photo)  Jack, Philippe, Frédéric, Michel T, Michel H, Dominique, Bruno, Didier, Germain, Olivier et moi.

Le début du circuit n'est pas vraiment astucieux, pour aller vers l'Ouest, nous partons vers l'Est, tradition USCA...Avant Allonville, coïncidence amusante, nous croisons Phiphi qui part en vacances vélos arrimés au hayon. Nous cheminons sans faillir jusqu'à Domart en Ponthieu...où l'aventure commence vraiment , je ne connais rien des routes que nous allons emprunter, même si nous allons parfois retrouver des terres connues pour quelques kilomètres. Mais j'ai une certitude..nous ne passerons pas par Bernaville !

 

Forêt de Crécy

Notre cheminement sera facétieux, de sympathiques indigènes-signaleurs nous dirigeant de village en village. 

Forêt de Crécy

Nous divaguons tout de même un peu et je crains de nous perdre tout à fait dans la forêt de Crécy. A Forest-L'abbaye je renonce donc à tenter le détour par Machiel et nous rejoignons directement Crécy, à tout juste midi, entre les arbres centenaires.

 

 Forêt de Crécy. -

A la première haleine de la forêt, mon cœur se gonfle. Un ancien moi-même se dresse, tressaille d'une triste allégresse, pointe les oreilles, avec des narines ouvertes pour boire le parfum.

Le vent se meurt sous les allées couvertes, où l'air se balance à peine, lourd, musqué... Une vague molle de parfum guide les pas vers la fraise sauvage, ronde comme une perle, qui mûrit ici en secret noircit, tremble et tombe, dissoute lentement en suave pourriture framboisée dont l'arôme se mêle à celui d'un chèvrefeuille verdâtre, poissé de miel, à celui d'une ronde de champignons blancs... Ils sont nés de cette nuit, et soulevèrent de leurs têtes le tapis craquant de feuilles et de brindilles... Ils sont d'un blanc fragile et mat de gant neuf, emperlés, moites comme un agneau ; ils embaument la truffe fraîche et la tubéreuse.

Sous la futaie centenaire, la verte obscurité solennelle ignore le soleil et les oiseaux. L'ombre impérieuse des chênes et des frênes a banni du sol l'herbe, la fleur, la mousse et jusqu'à l'insecte. Un écho nous suit, inquiétant qui double le rythme de nos pas... On regrette le ramier, la mésange ; on désire le bond roux d'un écureuil ou le lumineux petit derrière des lapins... Ici la forêt, ennemie de l'homme, l'écrase.

Colette Les vrilles de la vigne

Forêt de Crécy
Forêt de CrécyForêt de Crécy
Forêt de CrécyForêt de Crécy

Nous sommes très bien accueillis au « café du commerce » qui propose sandwichs, quiches, croque-monsieurs tandis que la boulangerie voisine regorge de desserts pour les gourmands. Encore une très bonne adresse à ajouter au carnet.

Nous repartons joyeusement vers 13h, je promets de nouvelles découvertes à mes compagnons ; même si je tâtonne un peu, nous ne nous égarerons plus, et les quelques doutes valaient la peine, nous sommes enchantés par nos trouvailles, sans un instant d'ennui. L'ambiance du jour est particulièrement espiègle, la bonne humeur permanente. Le vent de W-N-W nous pousse, il fait agréablement chaud, c'est l'Eté.

C'est par surprise que nous atteignons déjà Domart, où nous attend Philippe B, c'est toujours un grand plaisir de rencontrer un renfort qui s'ajoute à notre joyeuse compagnie. Là nous retrouvons un chemin connu mais guère pratiqué qui mène à La Chaussée-Tirancourt par Vignacourt, avant de rejoindre la grande ville.

Forêt de Crécy

Pas question de nous quitter si tôt, un arrêt à « L'embuscade » s'impose...mais nous le trouvons fermé jusqu'à 16h, et il est 15h42...nous bifurquons donc vers la place de Camon. De la terrasse du bar où nous sommes aimablement abreuvés, nous saluons les copains cyclistes de passage en élaborant déjà la longue distance de la semaine prochaine...  

Forêt de Crécy
Repost 0
Published by Catherine
commenter cet article
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 18:13
Balade au long de l'Authie
Balade au long de l'Authie

Ce fut une superbe longue distance que ces 190km sous le soleil et dans la chaleur de juillet avec une balade le long de l'Authie.

Ce devrait être un voyage vers le Touquet mais il n'y avait pas assez de candidats pour 235km et le choix de raccourcir le trajet s'est imposé sans aller voir la mer. J'ai donc concocté ce nouveau trajet, facile et champêtre, et nous ne serons jamais gênés par la circulation automobile en ce pourtant chaud samedi 18 juillet, car j'ai déniché à proximité de la côte d' étroites routes de campagne.

Balade au long de l'AuthieBalade au long de l'Authie

Nous sommes neuf au départ du club , Patrick et Gilles nous accompagnent les 50 premiers kilomètres faisant demi-tour à la sortie d' Agenville.

Nous rencontrons les copains du club, surpris de nous croiser vers l'Est alors que notre destination est l'Ouest.

Balade au long de l'Authie

L'allure est très cool afin de préserver la cuisse douloureuse de Phiphi ; la montée de Canaples à Bernaville est la seule « difficulté » de la matinée. Le vent, certes contraire, souffle à peine, sans nous contrecarrer.

Je m'émerveille encore d'arriver au pied des descentes avec mes camarades ; ils gardent le réflexe de se retourner...pour constater que je suis toujours présente, ce qui ne m'était jamais arrivé de ma vie cycliste , oui, au bas d'Havernas, à l'entrée d'Auxi le Château ...Là, le marché du samedi nous oblige à visiter en touristes les petites rues médiévales pour sortir vers le Ponchel et nous promener le long de l'Authie ;  

Balade au long de l'AuthieBalade au long de l'Authie

la route serpente entre villages et marais, vertes pâtures aux troupeaux alanguis et blondeur des épis dressés hauts.

Balade au long de l'Authie

Après une pause au moulin de Maintenay nous allongeons paisiblement le parcours bucolique jusqu'à Villers sur Authie ;

Balade au long de l'Authie
Balade au long de l'AuthieBalade au long de l'Authie

une boucle d' un ruban d’asphalte rural nous mène à Vron où j'ai prévu la pause-repas à « La Flambée » ; mais j'ai négligé de noter l'adresse et nous tournons longuement en rond pour trouver l'établissement pourtant bien visible sur la N1. L'accueil est jeune et sympathique, nous attendons les sandwichs avec bonne humeur devant une bière.

Didier a donné rendez-vous à Paulette qui tardera à dénicher Vron jusqu'à la seconde de notre départ !  

Balade au long de l'Authie
Balade au long de l'Authie

Nous repartons donc à 6, Jack, Manu, Marc, Phiphi, Sylvain et moi.

Le clocher marque 14h, le vent nous pousse agréablement,les blés ondulent sous la chaleur de juillet, les maïs se déploient en avance. L'allure nous paraît tranquille, il n'est pourtant pas encore 16h30 quand nous entrons au « Bilboquet » à la sortie d'Ailly sur Somme. Comme la semaine dernière nous assistons à l'arrivée de l'étape ensemble devant un demi.

Balade au long de l'Authie

Nous vibrons car la victoire semble assurée à Thibault Pinot ou Damien Bardet mais ils seront débordés par Stephen Cummings, un anglais qui offre la première victoire de l'Histoire du Tour à une équipe africaine, le jour même de la naissance de feu Nelson Mendéla.

J'ai pile 190km à ma porte de garage, ravie de ma journée, toute en complicité joyeuse.

 

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article