Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le velo de Cat
  • Le velo de Cat
  • : la vie et le vélo côté féminin
  • Contact

Profil

  • Catherine
  • licenciée à l'USC amiènois, 3enfants,pacsée à Michel.
A 15 ans 2 jours j'ai écrit dans mon journal "Je ne voudrais plus faire que ça, pédaler, grimper, souffrir, sourire...bref vivre à vélo". 
Je crois avoir réussi.
  • licenciée à l'USC amiènois, 3enfants,pacsée à Michel. A 15 ans 2 jours j'ai écrit dans mon journal "Je ne voudrais plus faire que ça, pédaler, grimper, souffrir, sourire...bref vivre à vélo". Je crois avoir réussi.

Cumul kilométrique 2016

 

2016  : 11805

2015 12066

2014:  12 826

2013: 11 360

2012: 10 640

31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 18:52

La longue distance prévue nous emmenait à Crécy.en Ponthieu ..et j'ai eu envie d'ignorer le parcours « officiel » de 150km pour en créer un complètement inédit, exploration de routes que nous n'avions jamais sillonnées.

Il fait vraiment très frais à 8h30 ce 30 juillet, seulement 12°C à Amiens, mais comme prévu la température va monter dans la journée, les coupe-vents et les manchettes vont être repliés, il fera 25°C à Crécy.

Forêt de Crécy

Nous sommes 11 au club : (dans l'ordre sur la photo)  Jack, Philippe, Frédéric, Michel T, Michel H, Dominique, Bruno, Didier, Germain, Olivier et moi.

Le début du circuit n'est pas vraiment astucieux, pour aller vers l'Ouest, nous partons vers l'Est, tradition USCA...Avant Allonville, coïncidence amusante, nous croisons Phiphi qui part en vacances vélos arrimés au hayon. Nous cheminons sans faillir jusqu'à Domart en Ponthieu...où l'aventure commence vraiment , je ne connais rien des routes que nous allons emprunter, même si nous allons parfois retrouver des terres connues pour quelques kilomètres. Mais j'ai une certitude..nous ne passerons pas par Bernaville !

 

Forêt de Crécy

Notre cheminement sera facétieux, de sympathiques indigènes-signaleurs nous dirigeant de village en village. 

Forêt de Crécy

Nous divaguons tout de même un peu et je crains de nous perdre tout à fait dans la forêt de Crécy. A Forest-L'abbaye je renonce donc à tenter le détour par Machiel et nous rejoignons directement Crécy, à tout juste midi, entre les arbres centenaires.

 

 Forêt de Crécy. -

A la première haleine de la forêt, mon cœur se gonfle. Un ancien moi-même se dresse, tressaille d'une triste allégresse, pointe les oreilles, avec des narines ouvertes pour boire le parfum.

Le vent se meurt sous les allées couvertes, où l'air se balance à peine, lourd, musqué... Une vague molle de parfum guide les pas vers la fraise sauvage, ronde comme une perle, qui mûrit ici en secret noircit, tremble et tombe, dissoute lentement en suave pourriture framboisée dont l'arôme se mêle à celui d'un chèvrefeuille verdâtre, poissé de miel, à celui d'une ronde de champignons blancs... Ils sont nés de cette nuit, et soulevèrent de leurs têtes le tapis craquant de feuilles et de brindilles... Ils sont d'un blanc fragile et mat de gant neuf, emperlés, moites comme un agneau ; ils embaument la truffe fraîche et la tubéreuse.

Sous la futaie centenaire, la verte obscurité solennelle ignore le soleil et les oiseaux. L'ombre impérieuse des chênes et des frênes a banni du sol l'herbe, la fleur, la mousse et jusqu'à l'insecte. Un écho nous suit, inquiétant qui double le rythme de nos pas... On regrette le ramier, la mésange ; on désire le bond roux d'un écureuil ou le lumineux petit derrière des lapins... Ici la forêt, ennemie de l'homme, l'écrase.

Colette Les vrilles de la vigne

Forêt de Crécy
Forêt de CrécyForêt de Crécy
Forêt de CrécyForêt de Crécy

Nous sommes très bien accueillis au « café du commerce » qui propose sandwichs, quiches, croque-monsieurs tandis que la boulangerie voisine regorge de desserts pour les gourmands. Encore une très bonne adresse à ajouter au carnet.

Nous repartons joyeusement vers 13h, je promets de nouvelles découvertes à mes compagnons ; même si je tâtonne un peu, nous ne nous égarerons plus, et les quelques doutes valaient la peine, nous sommes enchantés par nos trouvailles, sans un instant d'ennui. L'ambiance du jour est particulièrement espiègle, la bonne humeur permanente. Le vent de W-N-W nous pousse, il fait agréablement chaud, c'est l'Eté.

C'est par surprise que nous atteignons déjà Domart, où nous attend Philippe B, c'est toujours un grand plaisir de rencontrer un renfort qui s'ajoute à notre joyeuse compagnie. Là nous retrouvons un chemin connu mais guère pratiqué qui mène à La Chaussée-Tirancourt par Vignacourt, avant de rejoindre la grande ville.

Forêt de Crécy

Pas question de nous quitter si tôt, un arrêt à « L'embuscade » s'impose...mais nous le trouvons fermé jusqu'à 16h, et il est 15h42...nous bifurquons donc vers la place de Camon. De la terrasse du bar où nous sommes aimablement abreuvés, nous saluons les copains cyclistes de passage en élaborant déjà la longue distance de la semaine prochaine...  

Forêt de Crécy
Repost 0
Published by Catherine
commenter cet article
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 18:13
Balade au long de l'Authie
Balade au long de l'Authie

Ce fut une superbe longue distance que ces 190km sous le soleil et dans la chaleur de juillet avec une balade le long de l'Authie.

Ce devrait être un voyage vers le Touquet mais il n'y avait pas assez de candidats pour 235km et le choix de raccourcir le trajet s'est imposé sans aller voir la mer. J'ai donc concocté ce nouveau trajet, facile et champêtre, et nous ne serons jamais gênés par la circulation automobile en ce pourtant chaud samedi 18 juillet, car j'ai déniché à proximité de la côte d' étroites routes de campagne.

Balade au long de l'AuthieBalade au long de l'Authie

Nous sommes neuf au départ du club , Patrick et Gilles nous accompagnent les 50 premiers kilomètres faisant demi-tour à la sortie d' Agenville.

Nous rencontrons les copains du club, surpris de nous croiser vers l'Est alors que notre destination est l'Ouest.

Balade au long de l'Authie

L'allure est très cool afin de préserver la cuisse douloureuse de Phiphi ; la montée de Canaples à Bernaville est la seule « difficulté » de la matinée. Le vent, certes contraire, souffle à peine, sans nous contrecarrer.

Je m'émerveille encore d'arriver au pied des descentes avec mes camarades ; ils gardent le réflexe de se retourner...pour constater que je suis toujours présente, ce qui ne m'était jamais arrivé de ma vie cycliste , oui, au bas d'Havernas, à l'entrée d'Auxi le Château ...Là, le marché du samedi nous oblige à visiter en touristes les petites rues médiévales pour sortir vers le Ponchel et nous promener le long de l'Authie ;  

Balade au long de l'AuthieBalade au long de l'Authie

la route serpente entre villages et marais, vertes pâtures aux troupeaux alanguis et blondeur des épis dressés hauts.

Balade au long de l'Authie

Après une pause au moulin de Maintenay nous allongeons paisiblement le parcours bucolique jusqu'à Villers sur Authie ;

Balade au long de l'Authie
Balade au long de l'AuthieBalade au long de l'Authie

une boucle d' un ruban d’asphalte rural nous mène à Vron où j'ai prévu la pause-repas à « La Flambée » ; mais j'ai négligé de noter l'adresse et nous tournons longuement en rond pour trouver l'établissement pourtant bien visible sur la N1. L'accueil est jeune et sympathique, nous attendons les sandwichs avec bonne humeur devant une bière.

Didier a donné rendez-vous à Paulette qui tardera à dénicher Vron jusqu'à la seconde de notre départ !  

Balade au long de l'Authie
Balade au long de l'Authie

Nous repartons donc à 6, Jack, Manu, Marc, Phiphi, Sylvain et moi.

Le clocher marque 14h, le vent nous pousse agréablement,les blés ondulent sous la chaleur de juillet, les maïs se déploient en avance. L'allure nous paraît tranquille, il n'est pourtant pas encore 16h30 quand nous entrons au « Bilboquet » à la sortie d'Ailly sur Somme. Comme la semaine dernière nous assistons à l'arrivée de l'étape ensemble devant un demi.

Balade au long de l'Authie

Nous vibrons car la victoire semble assurée à Thibault Pinot ou Damien Bardet mais ils seront débordés par Stephen Cummings, un anglais qui offre la première victoire de l'Histoire du Tour à une équipe africaine, le jour même de la naissance de feu Nelson Mendéla.

J'ai pile 190km à ma porte de garage, ravie de ma journée, toute en complicité joyeuse.

 

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 18:50
Amiens/Gamaches 14 juillet

Le ciel est gris mais il fait bon déjà à 8h au départ de ces 170km. La météo prévoit un temps d'Eté humide mais je refuse de me charger d'un imper.

Amiens/Gamaches 14 juillet
Amiens/Gamaches 14 juillet

Nous ne sommes que sept au club : Didier, Gilles, Jean-Luc, Marc J, Sylvain, Jack et moi .

La route va défiler sans autre incident qu'une crevaison de Jean-Luc après Molliens-Dreuil malgré le brumisateur géant qui nous arrose par intermittence jusqu'en fin de matinée. Le moral reste bon, Didier, Jack et moi entamons même la chansonnette à l'orée de la Forêt d'Eu où trois longues bosses seront avalées très calmement.

Moi je n'en finis pas de m'étourdir de mon aisance dans les descentes, de mon plaisir à dévaler, de ma satisfaction à arriver en bas dans la roue de mes compagnons. Je me demande vraiment si un neurone ne s'est pas tout simplement débouché dans mon cerveau pour me décoincer. Jean-Luc est interloqué, il fallait qu'il le voit pour le croire.

Amiens/Gamaches 14 juillet
Amiens/Gamaches 14 juillet
Amiens/Gamaches 14 juillet

A Gamaches notre tanière attitrée  est fermée, mais nous trouvons mieux encore, « le bar du club » face à une sandwicherie. L’accueil a la chaleur bon enfant de celui des anciens petits bistrots de village, nous reviendrons.

Au démarrage Gilles et moi, trempés, avons un peu froid, mais le temps restera sec pour nous réchauffer vite. Les courts toboggans du chemin me permettent de peaufiner mon apprentissage, de constater que je gagne énormément d'énergie sans freiner avant de m'élancer !

Le vent d'Ouest nous pousse violemment et la route défile vite jusqu'au port.

Il ne sera pas encore 16h quand je sortirai de la douche pour regarder l'arrivée de la première étape dans les Pyrénées...  

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 17:55
Amiens/Berck 11 juillet
Amiens/Berck 11 juillet

Quel bonheur de pédaler sous le soleil de l'Eté toute une journée entre copains ! 210Km prévus pour cette longue distance jusqu'à Berck-plage, programmée un samedi afin d'en faire profiter les actifs occupés en semaine. Seuls deux d'entre eux ont rejoint l'effectif mais rien que pour ces deux là l'expérience du samedi est à reproduire.

Il fait déjà très bon à 7h30 au soleil pour Bruno, Claude, Didier D, Frédéric K, Frédéric V, Laurent D, Marc, Renaud, Sylvain , Sylvain R et moi pour l'USCA, Jack, Olivier pour les invités.

Comme la semaine dernière Sylvain a programmé son GPS et nous ne nous sommes jamais perdus.

Claude et Laurent font demi-tour très vite pour rejoindre la sortie club, Marc et Didier nous laisseront avant Vauchelles les Domart là où Bruno s'aperçoit qu'il a oublié ses sous dans le sac à dos laissé à Didier.

C'est devenu un rituel, l'allure est tonique et régulière, ralentie au sommet des quelques jolies bosses qui jalonnent le parcours ; j'ai de très bonnes jambes et je vais apprécier de me sentir si bien dans les paysages où j'étais si mal il y a deux semaines (voir Amiens/Fort-Mahon) le long de l'Authie. Mes camarades s'étonnent encore de me trouver avec eux au bas des descentes parfois vertigineuses et je ne me lasse pas de savourer cette nouvelle griserie. A Gueschart je reçois le coup de fil attendu de Phiphi qui démarre du Touquet pour venir nous rejoindre, ce qui sera fait à la sortie de Boisjean. Le vent qui jusque là était très faible se lève face à nous, augurant un retour facile.

Amiens/Berck 11 juillet
Amiens/Berck 11 juillet

La matinée est passée comme un rêve mais à l'approche de Berck nous retrouvons la réalité du trafic routier d'un samedi estival sur la côte. Heureusement pour nous, la ville de Berck est riche d'une belle piste cyclable ombragée tandis que les pauvres automobilistes sont coincés dans la touffeur des bouchons. La traversée du centre-ville bien plus périlleuse nous oblige à prendre des risques pour accéder à la mer et à une nouvelle piste qui longe somptueusement la jetée . Le spectacle de la plage sous le soleil de juillet valait vraiment la peine prise.

Amiens/Berck 11 juillet

Comme prévu les estivants ont pris d'assaut tout ce que l'esplanade offre à boire et à manger ; nous nous retranchons dans la ville où le hasard nous conduit devant le casino à excellemment bien nommé « Welcome », où l'accueil est sympathiquement affable, voilà une adresse à retenir même si nous n'avons pas vue sur mer.

Amiens/Berck 11 juillet

La pause est l'occasion d'augmenter encore le niveau de bonne humeur ; très gourmands, mes compagnons renvoient Fred acheter d'énormes parts de flan à la boulangerie tandis que je me force à avaler mes petits sandwichs pour accompagner ma bière-pression; je n'ai jamais très faim le midi et j'oublierai même aujourd'hui de manger la barre de céréales des 150km.

Nous repartons tous requinqués pour la suite de l'aventure ; le vent d'Ouest souffle fort, ce qui nous réjouit, même quand nous l'aurons parfois de côté.Le circuit est plaisamment vallonné, la chaleur est agréable, le vent nous pousse, l'ambiance est joyeuse même si l'ensemble manque parfois de cohésion. Phiphi a 70 km de moins que nous dans les jambes et il monte les bosses en tête, bien loin de sa méforme du Printemps.En vrai costaud n'ayant rien à prouver à personne, Jack, qui d'ordinaire maîtrise l'allure, consacre aujourd'hui son sens du collectif dans l'aide à l'arrière, avec Sylvain qui bien sûr s'y emploie comme d'habitude . 

Je me sens vraiment bien même si le pourcentage de la côte de Vauchelles me surprend  et d'autres avec moi !

A Ailly le Haut Clocher la majorité de la troupe décide de bifurquer sur Villers sous Ailly plutôt que de suivre l'itinéraire prévu vers Long. C'est une très bonne idée car si nous montons souvent par là, nous ne descendons jamais. Nous voilà encore dépaysés car nous avons le temps de profiter du magnifique paysage enfin découvert de ce côté parce que, oui, ça descend vraiment jusqu'à L'étoile !

Amiens/Berck 11 juillet
Amiens/Berck 11 juillet

Alors pourquoi ai-je soudain très mal aux reins ? Ça m'arrivait régulièrement au cours de mes toutes premières longues distances, je croyais avoir réglé le souci ...mais aujourd'hui je souffre. Peut-être que mes lombaires subissent la conséquence des gros braquets tirés en début de reprise dans l'euphorie du vent porteur, conjuguée avec mes soucis féminins mensuels ; heureusement mes jambes et mon cœur se portent très bien, eux et je pédale allégrement mais dans la douleur de L'étoile à Yzeux, où la pause fontaine me permet de m'étirer. Entre ceux de mes amis qui se gaussent et ceux qui me cajolent de leurs conseils attentionnés la blessure disparaît. Ouf, le seul plaisir du vélo est revenu, mais par précaution, je m'interdis le grand plateau.

Aussi ne puis-je pas suivre l'accélération démentielle après Samara, je me retrouve seule dans la campagne ; je me sens triste, dédaignée, abandonnée ; c'est particulièrement injuste, moi qui veille toujours à ce que personne ne se sente délaissé, la solidarité ne fonctionne pas pour moi.

Bon d'accord, je suis bien évidemment attendue à St Sauveur mais pourquoi cette précipitation aujourd'hui, à un endroit où ça ne s'est jamais passé ainsi de l'année alors que je viens de rouler en serrant les dents sans broncher pendant une dizaine de kilomètres, ça méritait peut-être un tout petit peu de considération. C'était inutile de me faire cette peine, même éphémère.

Amiens/Berck 11 juillet
Amiens/Berck 11 juillet

Car, vite, la gaieté reprend le dessus ; Sylvain a depuis le départ l'excellente intention de regarder ensemble l'arrivée de l'étape à Mur de Bretagne devant une bière. L'heure tourne, c'est peut-être trop juste pour « l'embuscade » près du club, il faut trouver le bon endroit....pas de télé dans les bistrots de St Sauveur ; je propose de tester ceux de Dreuil mais avant c'est Ailly et juste à la sortie de ce village que nous trouvons « Le bilboquet » sur les bords de Somme. Nous avons eu le coup de pédale efficace car il est à peine 17h, le patron nous allume très jovialement l'écran géant il reste 10km, la dernière échappée du jour se fait reprendre, Froome est devant, Alexis Vuillermoz attaque, personne ne peut suivre...nous le poussons, nous l'encourageons...et assistons ensemble à la première victoire française sur le Tour 2015. C'était déjà une journée de joyeuse complicité, c'est maintenant un débordement d'enthousiasme. C'est la première Longue Distance de Fred K, il était déjà charmé par l'aspect sportif, le voilà conquis par la chaleur de l'ambiance. Après avoir dégusté nos bières bien méritées dans une atmosphère totalement réjouie il faut bien se résoudre à se séparer ; nous nous saluons gaiement au gré des rues suffocantes de la ville, je termine avec Fred et Sylvain.

J'ai 224 km au total, total repos prévu jusqu'à la prochaine LD, dans 3 jours seulement !

Toutes les photos de Fredéric K et moi ICI

 

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 11:36
Amiens/Mers les bains 30 juin
Amiens/Mers les bains 30 juinAmiens/Mers les bains 30 juin

Je l'avoue, j'étais inquiète . Est-il bien prudent de programmer une LD de 200km quand la semaine est annoncée caniculaire ?

La météo prévoit moins chaud mardi avec « seulement » 31°C. Je choisis donc de donner rendez-vous aux fanatiques en ce dernier jour de Juin.

Amiens/Mers les bains 30 juin

A 7h30, il fait déjà bon rouler bras nus ; je trouve au club Bruno, Claude, Didier D, Didier L, Florent, Gilles, Marc, Michel, Renaud pour l'USCA, Jack et Olivier pour les invités et fais attendre l'arrivée de notre trésorier préféré Sylvain les 5 minutes rituelles de retard.

Amiens/Mers les bains 30 juin

Florent et Sylvain ont programmé la carte sur leur GPS, ce qui me permet de pédaler détendue, libérée de la lecture des panneaux.

Les paysages de l’Été rivalisent pour nous éblouir entre coquelicots flamboyants, épis de blé dorés, bleuets pigmentés ,sous un ciel d'un bleu parfait sans une seule traînée blanche.

Le groupe est homogène, l'allure est énergique et régulière.

Je me sens en forme , le coup de pédale efficace, et profite de la roue de mon poisson-pilote Marc dans les petites grimpettes du début du parcours ; Claude et lui nous laisseront après Fricamps. Sylvain à Blangy sur Bresle après la belle vallée du Liger entre coteau calcaire abrupt et plaine bocagère.  

Amiens/Mers les bains 30 juin

Car nous voilà déjà en Normandie. A Rieux, Didier nous dévie de la route pour un pèlerinage au château où il fut colon puis animateur au siècle dernier. Le monument valait le détour, il ne faut jamais rechigner à suivre l'idée d'un des nôtres. Petit arrêt photos donc, avant d'attaquer les superbes pentes douces de la forêt d'Eu qui seront avalées sans peine dans un grand mouvement collectif grâce au train tout à la fois tonique et paisible maîtrise par Jack et Florent.

Amiens/Mers les bains 30 juin
Amiens/Mers les bains 30 juinAmiens/Mers les bains 30 juin

Bruno crèvera en plein cœur de la forêt ce qui nous octroie une dernière halte-fraîcheur, la chaleur monte comme prévu.

Amiens/Mers les bains 30 juin
Amiens/Mers les bains 30 juinAmiens/Mers les bains 30 juin

Mais l' imprévisible du jour, c'est qu'à l'ébahissement général, il ne faut jamais m'attendre une seule fois au bas d'une descente : à mon incompréhensible émerveillement, je ne ressens plus aucune appréhension là où j'étais tant effrayée auparavant, pas même dans les nombreux virages qui mènent à Grandcourt ! Épaté de ma présence dans sa roue après la descente de Millebosc Jack ne peut retenir ses louanges. Ce qui me sidère, c'est qu'aujourd'hui, moi pour qui descente rimait avec angoisse voire panique, j'ai encore réussi à découvrir un nouveau plaisir dans la vie : la griserie de la vitesse en roue libre sur un vélo !

Amiens/Mers les bains 30 juin
Amiens/Mers les bains 30 juin

Il est midi quand nous entrons dans Mers : la marée est haute.Le ciel éclatant se reflète dans la mer qu'il colore en turquoise bordé de bleu marine à l'horizon. Notre pause sandwichs sera face à la plage, le regard enchanté par le paysage dans une ambiance toujours joyeuse. 

Amiens/Mers les bains 30 juin

Il faut repartir et les premiers kms sont difficiles ; la température a monté et nous sortons de Mers en grimpant la longue falaise en plein soleil. Mais la suite du parcours est totalement plat, Florent nous faisant même obliquer à Pinchefalise vers le chemin de halage qu'il brûle de découvrir. C'est une excellente idée car la proximité du fleuve nous rafraîchit. Malheureusement les abords du Canal ont été fauchés et les épines s'incrustent dans nos pneus...crevaison donc pour Florent (double!), Renaud, Olivier et...moi. (Réparation par Jack et Michel soutenus moralement par Bruno et Florent).

Amiens/Mers les bains 30 juin
Amiens/Mers les bains 30 juin

Il fait soif mais le bar de Petit-Port ne sert pas de bière-pression et la moitié de l'effectif ne fonctionne exclusivement qu'à cette boisson énergétique. Nous nous désaltérerons donc à la terrasse du « Césario » devant la gare d' Abbeville où l'accueil est vraiment sympa, une adresse à conserver pour les jours de pépie. Il fait vraiment de plus en plus chaud et mon ardeur est inversement proportionnelle à celle du soleil ; à chaque passage à l'ombre ma cadence de pédalage reprend vigueur. L'allure reste tonique mais tellement régulière que nous suivons sans peine le rythme imposé principalement par Florent et Jack, Ils œuvrent pour la réussite collective marquant le tempo avec altruisme sans se préoccuper de provocation individualiste, en vrais costauds qu'ils sont. C'est le sel de la Longue Distance et grâce à cet esprit l' ambiance est de plus en plus enjouée au fur et à mesure de la journée.

A Amiens, au premier arrêt, au feu rouge de St Maurice, la chape de plomb de la canicule nous tombe dessus avec ses 31°C

Il est un peu moins de 18h à ma porte de garage, j'ai 209km, et c'est l’Été.

Toutes les photos de Florent, Gilles et moi ICI

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 15:06
L'école est finie!!!!!!!!!!!!!!!!
L'école est finie!!!!!!!!!!!!!!!!

Les yeux levés vers l'avenir, Léa reçoit son diplôme de masseur-kinésithérapeute: premier projet de vie réalisé...elle vait décidé de sa profession en fin de collège et elle n'a plus changé de choix, traçant sa route semée d'embûches par la voie de la fac de médecine.

L'école est finie!!!!!!!!!!!!!!!!
L'école est finie!!!!!!!!!!!!!!!!
L'école est finie!!!!!!!!!!!!!!!!
L'école est finie!!!!!!!!!!!!!!!!

Il leur en a fallu de la volonté, du courage  à tous ces jeunes, pour bûcher et réussir la 1ère année de médecine et les 3 années d'études à l'école de kiné; ils sortent aussi avec un master1 de santé; ça servira à ceux qui veulent s'orienter vers la recherche mais aujourd'hui ils ne pensent qu'à aplliquer la théorie pour soulager les patients..

Repost 0
Published by Catherine - dans mon petit monde
commenter cet article
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 20:28
Fort Mahon 25 juin
Fort Mahon 25 juin

225 km au total et la chaleur qui monte, monte au cours de la journée...

Fort Mahon 25 juin
Fort Mahon 25 juin

Jean-Luc et Marc nous laissent à Auxi le Chateau Gilles a tenté de réparer un problème mécanique

église de Dominois
église de Dominois

église de Dominois

Nous cheminons entre nature et culture le long de l'Authie. Je me sens un peu molle, je n'ai pas de bonnes jambes mais le paysage m'enchante.

Fort Mahon 25 juin
Fort Mahon 25 juin
Fort Mahon 25 juin

Après de rocambolesques péripéties nous pénétrons dans le "Vieux Fort-Mahon" où rue Robinson, je montre à mes amis la maison d'enfance de Didier Herly , notre ancien président auquel nous pensons toujours affectueusement, puis ma villa de vacances et son immense jardin avant de les guider dans les rues discrètes.

Fort Mahon 25 juin
Fort Mahon 25 juin
Fort Mahon 25 juin

A la traditionnelle pause à "L'Amandine", nous ne trouvons pas l'aimable patron Michel, parti...se marier!!! Mais l'accueil reste charmant; Gilles nous offre la Leffe pour fêter son premier "200". Et surtout ma fille Léa vient nous faire un petit coucou!

Fort Mahon 25 juin
Fort Mahon 25 juin
Fort Mahon 25 juin
Fort Mahon 25 juin

Il fait trés chaud sur la plage où des baigneurs se pressent déjà! L'Eté est vraiment commencé.

Fort Mahon 25 juin
Fort Mahon 25 juin

Daniel, qui était venu à notre rencontre, et son épouse Michèle nous offrent le café dans leur "résidence secondaire" au Camping Le Royon; il fait si chaud que les chaises me brûlent.

Fort Mahon 25 juin
Fort Mahon 25 juin
Fort Mahon 25 juin

Nous repartons par le parc du Marquenterre, certes pas le chemin le plus court, mais le panorama enchanteur nous conquit tous; à reprendre absolument.

Fort Mahon 25 juin

Olivier est venu à notre rencontre et nous a attendus longtemps à Port le Grand. A la demande générale nous reprenons le chemin de halage à Petit-Port. Mais encore une fois nous en perdons le fil à Abbeville.

Fort Mahon 25 juin
Fort Mahon 25 juin

Bonne aubaine pour nous désaltérer à la terrasse du "Césario" à l'accueil sympathique, tournée offerte par Renaud et Bruno...Ravito qui sera bénéfique pour moi puisqu'à notre grande surprise commune je retrouve un coup de pédale efficace et puissant sur les 50 derniers kilomètres; je termine tout en plaisir.

Repost 0
Published by Catherine
commenter cet article