Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le velo de Cat
  • Le velo de Cat
  • : la vie et le vélo côté féminin
  • Contact

Profil

  • Catherine
  • licenciée à l'USC amiènois, 3enfants,pacsée à Michel.
A 15 ans 2 jours j'ai écrit dans mon journal "Je ne voudrais plus faire que ça, pédaler, grimper, souffrir, sourire...bref vivre à vélo". 
Je crois avoir réussi.
  • licenciée à l'USC amiènois, 3enfants,pacsée à Michel. A 15 ans 2 jours j'ai écrit dans mon journal "Je ne voudrais plus faire que ça, pédaler, grimper, souffrir, sourire...bref vivre à vélo". Je crois avoir réussi.

Cumul kilométrique 2016

 

2016  : 11805

2015 12066

2014:  12 826

2013: 11 360

2012: 10 640

26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 09:10
Amiens-Bernaville-Amiens 155km

Il ne fait encore pas bien chaud en ce matin du 24 mai, et mes jambes resteront couvertes toute la journée : seulement 11°C à 8h, quand nous nous retrouvons au club Bruno G, Didier H, Gilles, Marc, Michel T, Philippe L, Renaud et moi pour l'USCA, et nos invités Hervé B et Jack.

Amiens-Bernaville-Amiens 155km

Cette fois, j'ai décidé de me laisser mener car Didier a proposé un circuit complètement nouveau, sortant des sentiers mille fois rebattus et nous sommes tous curieux à l'idée des découvertes à venir, promesses d'aventure. C'est très agréable aussi de se décharger des lois de l'orientation et de se contenter de suivre l'esprit libre, le cerveau uniquement occupé à la gestion de l'effort cycliste.

Amiens-Bernaville-Amiens 155km

Marc et Philippe nous laissent sur la route de Miraumont où Bruno profite de la pause pour acheter des pastilles pour la gorge à une charmante apothicaire.

 A partir de là, nous cheminons dans un décor totalement inédit qui nous enchante. Nous n'imaginions pas un tel charme à ce paysage frontière entre Somme et Pas de Calais au long de petites routes bucoliques et de villages champêtres.

Il est presque midi quand nous arrivons à Lucheux où je propose la pause repas...Il y a bien un bistrot, mais nous ne trouverons une boulangerie qu'à 6km de là, après une belle bosse, à Bouquemaison. C'est sur notre chemin mais la boutique minuscule « Aux pains de Sébastien » sur la grand-route entre Doullens et Frévent aurait bien mérité un détour par l'amabilité du service et la modicité des prix.

Je m’enquiers d'un bistrot auprès d'une habitante de Neuvilette qui me propose avec

grande sympathie....sa cuisine ! Mais nous tenons trop à notre demi-pression et

déclinons cette proposition sympathique. Mal nous en prend, il ne faut jamais refuser une

main tendue avec altruisme quand on erre dans un désert rural! .Nous allons bien

regretter cette hospitalité quand quelques kilomètres plus loin Hervé est victime d'une

fringale. Il ne peut plus, il ne veut plus avancer, Bruno nous sauve du pique-nique à sec

sur le bas-côté en l'alimentant d'un gel en tube.

Je commence moi-même à être affamée, je n'ai rien consommé de solide depuis le petit déjeuner et ça fait plus de 4h30 qu'on roule. Je commence à être en pédalage automatique. J'avais promis l'aventure mais pas « KohLanta »! Ce sera finalement 20 km qu'il faudra parcourir entre la boulangerie et le premier bistrot trouvé, à Bernaville, à plus de 110 km du départ, enfin !

Amiens-Bernaville-Amiens 155km

Voilà encore une belle adresse à retenir que « Le Sulky » où nous avons été reçus en VIP, dans les fauteuils confortables d'un intérieur cosy, où la patronne nous a offert une bouteille d'eau minérale pour remplir nos bidons sans qu'on ne demande rien. L'ambiance est particulièrement joyeuse après nos errements, comme des randonneurs découvrant enfin un refuge en montagne. Mes sandwichs ne m'ont jamais semblé aussi bons!

Michel m'offre ma Loburg, Gilles et lui leur petit biscuit au chocolat du café, Bruno une pastille pour la gorge, me voilà pourvue en sucre pour le retour.

Nous repartons parfaitement ragaillardis à plus de 14h15 et rencontrons presque aussitôt Chrystel et Manu venus à notre rencontre.Toutes les petites difficultés du jour ont été franchies le matin, l’après-midi sera parfaitement plat et facile.

Ça passe même très vite ! Comment ça, on est déjà à Flixecourt ? A Yzeux nous rattrapons Jean-Robert, Bruno D, Michel L et Christian que nous saluons au passage sans qu'ils ne nous suivent. C'est normal que je trouve le voyage rapide, il ne nous restait plus qu'une quarantaine de kilomètres à parcourir après notre périple matinal.

Amiens-Bernaville-Amiens 155km

Bilan, une très bonne journée cycliste encore, une ambiance chaque fois meilleure qu'à la randonnée précédente, dans « le cœur, le soleil » qui n'était « pas dehors » , 155 km de plaisir quoi !

Repost 0
Published by Catherine
commenter cet article
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 17:17
28 avril Vallée de la Bresle 169km

Enfin ! En ce jeudi 28 Avril, je me prépare à ma première Longue Distance du Printemps ! Je suis un peu inquiète de mon endurance comparée à celle des copains qui en ont déjà de nombreuses dans les jambes. D'autant plus que pour fêter mon retour définitif sur ces grandes vadrouilles, j'ai créé un parcours inédit dont je ne peux que subodorer la difficulté.

Mais le soleil illumine la salle de bains et mon cœur, radieux de ces retrouvailles à pédaler des heures auprès de gens que j'aime.

28 avril Vallée de la Bresle 169km

Je ne m'attendais pourtant pas à autant d'amateurs ! Avec Bruno G, Bruno H, Claude, Didier D, Didier H, Didier L, Gilles, Jean-Luc, Manu, Michel H, Michel T, Olivier, Phiphi, Renaud, Sylvain, Sylvian pour l'USCA, Hervé B et Jack pour les « invités », nous sommes 19 au départ du club , et seul Claude nous quittera vers 10h.

Il ne fait pourtant que 3°C ! Il faut encore se couvrir en mode Hiver mais nous n'aurons pas longtemps la piquette aux doigts : dès la sortie de Bacouel, nous nous réchauffons en grimpant jusqu'à Creuse. Car comme je le pressentais mon circuit du matin sera tout en variations accidentées. Bien que l'empruntant rarement nous connaissions le chemin vallonné de Revelles à Brocourt...mais pas la superbe bosse menant à travers bois à Beaucamps le Vieux. De là nous descendrons sur la belle vallée de la Bresle que nous longeons rive gauche picarde sur le circuit de la course de St Germain puis rive droite normande presque jusqu'au but.

28 avril Vallée de la Bresle 169km

Le panorama nous dépayse où que se porte notre regard : sur la hauteur côté gauche, c'est la forêt d'Eu, en bas côté droit ce sont les étangs et la rivière. Sur le versant, le ruban de notre route se déroule en ondulations du relief jusqu'à Blangy où la petite route bucolique de Monchaux Soreng bordant la Bresle à l' égayant moulin à eau nous mènera à Gamaches.

28 avril Vallée de la Bresle 169km
28 avril Vallée de la Bresle 169km28 avril Vallée de la Bresle 169km
28 avril Vallée de la Bresle 169km28 avril Vallée de la Bresle 169km
28 avril Vallée de la Bresle 169km28 avril Vallée de la Bresle 169km

J'ai prévu la pause repas face à une boulangerie et une sandwicherie, au « bar du club » . Nous y avions été choyés en Juillet et je savais y trouver un accueil affable...mais pas une telle hospitalité ! La salle est aimablement déménagée pour nous, avec l'aide des clients présents. La Goudale à la pression que m'offre Bruno H est un nectar, nous récupérons joyeusement des forces dans une convivialité complice...Bruno G déploie si bien son charme italien que la patronne, conquise, offre une tournée de Grappa ! Je ne me laisserai pas tenter , ignorante des effets d'un alcool fort sur ma musculature inférieure, mais je sais maintenant que les copains peuvent l'utiliser comme boisson énergétique. Et comble de la cordialité, à l'instant de notre départ, presque timidement, notre tenancière sort de sous son comptoir...des photos de nous, oui, enregistrées sur l'article de mon blog de Juillet et imprimées en grande taille ! Voilà une adresse à retenir et à recommander absolument, sur la route de la mer et au retour des courses en Normandie ; je savais que la pâtisserie valait le détour, « le bar du club » de Gamaches aussi.

Le retour sera sans difficultés, par des voies jamais ou rarement empruntées qui compenseront leur platitude par l' attrait de leurs découvertes, nous évitant la monotonie des sentiers battus, accélérant ainsi le temps. Nous empruntons le circuit de la course de Frettemeule, je m'étonne de traverser déjà Oisemont , Citernes, Hallencourt...

 

 

28 avril Vallée de la Bresle 169km
28 avril Vallée de la Bresle 169km28 avril Vallée de la Bresle 169km
28 avril Vallée de la Bresle 169km

Avril resplendit , la Nature a sorti sa palette de couleurs pour habiller le Printemps, les prunus cerisus roses et les vrais cerisiers blancs dressent leurs branches fleuries en amicale rivalité de beauté, le jaune éblouissant des colzas s'harmonise au vert apaisant des prairies où les vaches semblent dessinées sur le décor. Nous sortons d'Airaines par la côte de la course de Mars, c'est notre première grimpette de l'aprés-midi...et au sommet, en pleine campagne, nous avons le plaisir de trouver Jean-Paul ! C'est une chance car sur ce parcours tortueux sur des petites routes, il n'était pas du tout évident de nous croiser ! C'est ce qu'ont conclu Dominique, Marc et Philippe B qui nous attendent stoïquement au carrefour de Soues à ma grande joie.

Nous sommes désormais 22 pour la dernière partie du chemin. J'entraine encore une fois mes compagnons sur un circuit de course, celle d'Hangest, en rejoignant directement Crouy St Pierre depuis Soues...Mais qu'est-ce qui a bien pu me passer dans la tête pour nous faire grimper « ça » après 140km de vélo, alors que nous pouvions terminer sur un terrain complétement plat ? Dans mon bon souvenir de compétitrice, ça ne montait pas aussi raidement ; là je peine, je peste et me traite d'andouille à chaque tour de manivelles ; j'ai honte d'avoir entrainé mes amis dans cette galère ! Au bas de la descente les avis sur ce raccourci seront partagés bien sûr mais Jean-Luc m'avouera un peu plus tard m'avoir maudite !

Olivier me fait remarquer à St Sauveur que nous avons presque 1400m de dénivelé et pratiquement tout le matin. C'est le double de ce que m'avait calculé Google Maps, j'ai dû oublier une multiplication.

 

28 avril Vallée de la Bresle 169km

Fin du parcours, retour aux rues familères, je ne me sens pas fatiguée, capable de continuer encore jusqu'à « L'embuscade » où l'accueil est de plus en plus sympathique et la bière de Printemps vraiment délicieuse.

169 km à ma porte de garage et hâte de recommencer...

Repost 0
Published by Catherine
commenter cet article
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 19:05
Le Printemps de Botticelli

Le Printemps de Botticelli

Nous n'étions que 4 du club à participer à ce superbe brevet organisé par le club de l'ASPTT Amiens: Eric D, Florent, Phiphi et moi; Comme j'ai complétement oublié de prendre des photos, j'illustre mes propos par ce tableau que j'aime tant, en ce premier jour de Printemps.

Je dois avouer que c'est par amitié pour Eric que je l'ai accompagné aux établissements Légue à Saleux. . Ce brevet avait très mauvaise réputation chez les cyclotouristes, jugé d'allure course. Et l'an dernier encore, il avait été sujet à rudes critiques.

J'y allais donc fort dubitative, en observatrice, et j'ai été épatée.Si erreurs il y avait les années précédentes , elles ont été particulièrement bien corrigées cette année.

J'arrive là-bas avec notre ami Hervé et bien sûr j'ai retrouvé là-bas nombre de connaissances et de copains dont certains avec lesquels je partage des souvenirs émus qui remontent parfois à l'adolescence.

Trois groupes de niveau étaient proposés sur ce circuit particulièrement exigeant; les organisateurs nous ont déniché des routes jamais empruntées autour de la vallée de la Selle. 

Je me suis éclatée sur mon vélo. Eric a été jusqu'à tester  la vantée solidarité des capitaines de route en se laissant glisser à l'arrière, il a aussitôt été encadré et soutenu. Moi, à l'avant, je pouvais constater qu'un seul ordre à ralentir était aussitôt obéi. Tous les membres de l'ASPTT étaient motivés pour la réussite de ce brevet et le plaisir des cyclistes. 

Last but not least, c'est un véritable buffet qui nous attendait à l'arrivée, avec des pains tranchés aux diverses saveurs et en sus des classiques bières, coca, jus de fruits, de nombreuses bouteilles d'un Chardonnay parait-il excellent (j'ai eu peur de ne pas repartir si j'y goutais).

Et  j'ajoute que toutes ces réjouissances, dont les principales sont bien sûr 95km de vélo, nous ont été offertes gratuitement. De quoi donner envie de revenir en dépensant quelques euros...je les ai prévenus, ils vont nous revoir!

 

Repost 0
Published by Catherine
commenter cet article
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 17:30
Source de l'Ancre 17 mars

Il fait bien froid en ce matin de St Patrick, 3°C seulement en ville bien que  le soleil resplendisse dès son lever.

Source de l'Ancre 17 marsSource de l'Ancre 17 mars

Je retrouve des hommes vêtus en cosmonautes au club ; nous sommes 13. Philipe R, Philippe B, Sylvian, Bernard et Henri nous laisseront dans l'ordre en chemin, nous serons 8 sur la totalité du parcours : Arnaud, Didier, Dominique, Manu, Michel H, Michel T, Phiphi et moi.

L'allure sera très calme jusqu'à Méaulte où nous sortons de « notre zone de confort ». sur des routes inconnues. Quelques tâtonnements fantaisistes, une traversée de Montauban (de Picardie), aucune circulation automobile et un incident amusant jalonnent la route : Didier et Michel T ont vu un objet tomber de mes poches, Ils font demi-tour pour me ramener galamment...un emballage plastique, ce qui nous égaye bien. Mais je le range à nouveau , pas question de polluer la campagne.

Source de l'Ancre 17 mars

La boucle se referme, nous voilà à Miraumont, le trajet jusqu'Albert est limpide, je l'ai reconnu dimanche....mais à Grandcourt, mes amis bifurquent vers Thiepval, sourds à mes gémissements et aux prières de Didier à qui je murmure « C'est du bizutage ». Je me cale dans la roue de Dominique, je souffre bien, mais je le suis jusqu'en haut. Nous stoppons au Mémorial, la gorge serrée de cet hommage à tous ces hommes morts il y a 100 ans. Le silence dure peu, une classe de collégiens anglais descend d'un autocar, les jeunes filles en fleur replacent mes compagnons dans la charmante réalité du présent.

Source de l'Ancre 17 marsSource de l'Ancre 17 mars
Source de l'Ancre 17 marsSource de l'Ancre 17 mars

Et c'est joyeusement que nous atteignons le bar des « 3 pigeons » à Albert, où nous attend Thierry, le patron qui pose aussitôt sur notre table en terrasse les sandwichs commandés pour un gain de temps appréciable et apprécié. (Sylvain et Gilles en avaient commandés mais un empêchement de toute dernière minute les a privés de vélo et dépités). Oui, en terrasse, car le soleil donne une illusion de Printemps. La pause-midi est enjouée. Les parts de flan commandées elles aussi font envie et sont partagées. Je m'inquiète pour le retour, j'ai prévu une boucle de 10 km entre Albert et Méaulte et je ne sais même pas comment sortir d'Albert.

Source de l'Ancre 17 mars
Source de l'Ancre 17 marsSource de l'Ancre 17 mars

Mais nous traverserons exactement les villages prévus, nous arrétant au Lochnagar crater à la Boiselle. Je n'avais choisi ce point que comme repère sur la carte, je ne me doutais pas qu'il s'agissait d'un lieu aussi chargé de la Grande Histoire : quatre cars, des voitures de tourisme nous précèdent là. Les jeunes gens aperçus à Thiepval occupent la place. Pourtant tout est calme et imposant. Le silence contraste avec la foule. Dominique nous entraîne au dessus du cratère « on vient ici du monde entier, et les amiènois, à 40km, ne connaissent même pas cet endroit » ; il nous explique l'horreur du 1 juillet 1916 et le millier de morts de toutes nations.  

Mais que m'arrive-t-il ? Sans aucun avertissement, mon cœur se gonfle et des larmes coulent sur ma joue ; je m'excuse auprès de mes compagnons, je couve peut-être une inexplicable dépression ; non, eux aussi se reconnaissent bouleversés...et autour de nous les jeunes filles se serrent dans les bras, émues, secouées par l’oppression du lieu, témoin de la folie des hommes.

Nous repartons par la boucle prévue, miraculeusement sans nous perdre, le vent nous portera désormais jusqu'au but. Au sommet de la jolie bosse qui mène de Méaulte à Ethinehem, Phiphi s'aperçoit que son garde-boue frotte sur sa roue arrière depuis le départ ! L'incident mécanique est réparé, voilà une manière bien originale de se donner un handicap pour progresser !

Nous incorporons Jean-Claude T puis Didier D venu à notre rencontre. Les derniers kilomètres seront d'allure très dissipée mais tout est bien qui finit bien, jovialement à « L'embuscade » (première tournée : Arnaud-Didier ; 2ème : Michel T). où raisonnablement je récupère avec des « galopins » (loin de moi toute idée de double sens de lecture, mais non, mais non....)

Source de l'Ancre 17 mars

J'ai 152 km pour cette dernière longue distance de l'Hiver et le lendemain une bonne surprise sur la balance.

Repost 0
Published by Catherine
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 19:23
Amiens/ St Valéry/ Amiens 8 mars

Il fait bien froid en ce matin d'Hiver, tout juste 0°C à 7h17, pile l'heure du lever du soleil et de la sonnerie de mon réveil. Les toits sont blancs de givre, je crains le verglas, mais grâce à l'horaire tardif de départ, 9h, le sel des hommes et le soleil de la Nature vont s'unir pour assurer notre sécurité sur le sol gelé.

Amiens/ St Valéry/ Amiens 8 mars

J'espérais une quinzaine de participants...nous sommes 26 ! Moi, Arnaud, Bruno H, Bruno G, Claude, Chrystel, Didier D, Didier H, Dominique, Fred, Gilles, Guillaume, Henri, Jean-Luc, Jean-Paul, Manu, Michel H, Michel T, Philippe P, Phiphi, Renaud, Sylvian et Daniel, Hervé, Jack, Richard pour les invités. Et la liste n'est pas terminée...Constant nous attend à Argoeuves. Fred nous quittera à Bourdon pour son rendez-vous kiné.Je suis ravie du succès mais un tel effectif augure une capricieuse gestion de l'allure.

Pourtant la troupe chemine allègrement avec un bel ensemble, chacun étant motivé pour assurer la cohésion du groupe, Bruno G, Claude et Michel H en particulier se dévouent pour surveiller l'arrière. Je me sens assez incapable de mesurer le tempo : en manque de kilométrage, j'ai tout comme Jean-Luc l'impression que ça roule trop vite, mais nous suivons le train sans faiblir. Je réussis même à rester dans la roue de Dominique dans les talus après Abbeville, mais c'est en serrant les dents, Qu'importe, je sais que j'ai une énorme marge de progression, tout comme ceux qui faiblissent aujourd'hui à l'arrière.

Amiens/ St Valéry/ Amiens 8 mars
Amiens/ St Valéry/ Amiens 8 mars

Mais c'est déjà la mer ! Ce fut vraiment rapide ! Constant et Claude nous laissent sur le port pour rentrer sans pause ou presque.

Amiens/ St Valéry/ Amiens 8 mars
Amiens/ St Valéry/ Amiens 8 marsAmiens/ St Valéry/ Amiens 8 mars

Après les traditionnelles photos devant la baie nous nous égayons au « Saint Val » à l’accueil toujours aussi professionnellement courtois. Il fait très chaud sous la verrière. Les deux Philippe se régalent d'un plat de poissons, Dominique m'offre ma bière.

Le départ sera un peu dissipé, juste avant que nous ne retrouvions Olivier au tout premier rond-point ! Nous serons 27 à avoir effectué la totalité du parcours. Et Olivier se dévoue aussitôt pour veiller à la cohésion du groupe de l'arrière.

Et l'allure sera cohérente et fluide jusqu'à la sortie de Fontaine sur Somme...où je demande plusieurs fois de réduire la vitesse sans effet...Ce n'est pas pour moi car à mon enchantement, je me sens très bien, beaucoup mieux que ce matin....Jean-Luc, qui lui aussi a retrouvé un second souffle, réclame à son tour pour les autres plusieurs fois de la modération ; mais il n'est pas entendu non plus,,,Michel H remonte de l'arrière pour prévenir de la fatigue de certains de nos compagnons sans réaction non plus ...Enfin, Olivier, un peu fâché, réussit à faire ralentir, à la sortie de Condé-Folie !

Trop tard ! Henri est allé au bout de ses forces, il stoppe à Hangest, j'ai peur qu'il refuse de repartir, mais courageusement il reprend des forces ; nous l'entourons en un bel élan de solidarité...Henri est un des seuls actifs du jour, il a pris sur ses congés pour venir avec nous, il mérite notre camaraderie.

C'est dommage car si les appels à la pondération avaient abouti, nous serions rentrés à 2 ou 3km/h moins vite mais à une allure agréable pour tous.  

Amiens/ St Valéry/ Amiens 8 mars

Il n'y aura pas d'autre incident qu'une crevaison de Chrystel à St Sauveur et un « dégonflage » de Jean-Paul à St Maurice. C'est dans un bel et joyeux ensemble que nous terminons notre périple. Et compte tenu de l'effectif élevé, c'est une très belle sortie où l'esprit d'entraide et de convivialité des Longues Distances a fini par triompher.

Amiens/ St Valéry/ Amiens 8 mars
Amiens/ St Valéry/ Amiens 8 mars

C'est la conclusion du « debriefing » à « L'embuscade ». (Tournée 1 : Phiphi, Tournée 2 : Bruno). Nous sommes vraiment très, très contents de cette journée.

144km.

Repost 0
Published by Catherine
commenter cet article
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 15:31
Brevet VTT/Marche de Moreuil 6 mars

10cm de neige la veille pour le fléchage, le brevet VTT de Moreuil était bien mal engagé...et pourtant grâce au soleil revenu 93 VTTistes et 24 marcheurs se sont déplacés dans le petit matin glacial pour profiter du brillant travail d'organisation de Jean-Pierre.

 

Brevet VTT/Marche de Moreuil 6 marsBrevet VTT/Marche de Moreuil 6 mars
Brevet VTT/Marche de Moreuil 6 marsBrevet VTT/Marche de Moreuil 6 mars

150 sandwichs, 2 participants très mouillés, quelques signaleurs égarés, une voiture en panne...

Brevet VTT/Marche de Moreuil 6 marsBrevet VTT/Marche de Moreuil 6 mars
Brevet VTT/Marche de Moreuil 6 marsBrevet VTT/Marche de Moreuil 6 mars
Brevet VTT/Marche de Moreuil 6 marsBrevet VTT/Marche de Moreuil 6 mars

et une ambiance joyeuse de bonne humeur constante, encore un brevet réussi.

Brevet VTT/Marche de Moreuil 6 mars
Brevet VTT/Marche de Moreuil 6 mars
Brevet VTT/Marche de Moreuil 6 mars
Repost 0
Published by Catherine
commenter cet article
10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 16:14
J-21

plus que 3 semaines et je serai là-bas...la photo date du 4 février dernier, le skieur au bas de la descente c'est Michel bien sûr; hors saison nous sommes (presque) seuls à profiter du silence . Juste la musique des skis qui glissent doucement sur la neige. les yeux émerveillés par le paysage...Plaisir du corps par le sport et élévation de l'âme par la Nature..

Repost 0
Published by Catherine
commenter cet article