Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le velo de Cat
  • Le velo de Cat
  • : la vie et le vélo côté féminin
  • Contact

Profil

  • Catherine
  • licenciée à l'USC amiènois, 3enfants,pacsée à Michel.
A 15 ans 2 jours j'ai écrit dans mon journal "Je ne voudrais plus faire que ça, pédaler, grimper, souffrir, sourire...bref vivre à vélo". 
Je crois avoir réussi.
  • licenciée à l'USC amiènois, 3enfants,pacsée à Michel. A 15 ans 2 jours j'ai écrit dans mon journal "Je ne voudrais plus faire que ça, pédaler, grimper, souffrir, sourire...bref vivre à vélo". Je crois avoir réussi.

Cumul kilométrique 2016

 

2016  : 11805

2015 12066

2014:  12 826

2013: 11 360

2012: 10 640

25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 16:36

ault (5)

11°C au réveil ce matin.

J'arrive très cool à 8h30, ne trouvant qu'un petit groupe : Jean-Luc, Fred , Michel T, Michel H Bruno G, Gérard, Didier D pour l'USCA , Michel et Olivier pour l'ES Cagny. « Seulement » 10 avec moi, ce qui aurait été un bel effectif les années précédentes nous paraît bien réduit, c'est moitié moins que l'habitude 2014.

Nous pensons tous à Renaud et souhaitons qu'il puisse revenir très vite déambuler avec nous sur les routes.

La traversée de la ville, grâce à une circulation affaiblie par les vacances scolaires, est presque plaisante.

La nature est en avance, les arbres fruitiers tout en pastel rivalisent de beauté avec les lilas déjà en fleurs, distillant tout en douceur leurs parfums sur notre chemin , tandis que la vivacité des jaunes des champs mêlés au vert franc nous éblouit.

L'allure est vive, nous formons un groupe de niveau homogène et efficace; le soleil apparaît pile à la traversée de la Somme sur le pont d'Hangest et ne nous quittera plus.

ault--4-.jpg

La température monte, il faut « débâcher » à la pause de Fontaine sur Somme, Nous pédalons allègrement, sans aucun incident...et à la sortie de Mareuil-Caubert, Didier et moi faisons demi-tour. Et oui, obligations familialles...mais j'avais prévu de rentrer seule et suis ravie de la compagnie inespérée de celui dont j'apprécie tant l'humour. Nous serons très bavards sans nuire à notre rythme.

J'aurai 106km à ma porte de garage à 12h30.

J'ai su que l'accueil à Ault a été excellent, la Leffe succulente, et que mes compagnons étaient de retour au club à 16h !

gateaupaques.jpg

Moi pendant ce temps, j'occupais ma petite Lou, nous avons préparé un gâteau de Pâques ; je n'ai pas pu le goûter ; à la réunion de bureau du club ce soir là , il a été entièrement dévoré par mes gourmands camarades.

d'autres photos ICI

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 20:33

fortmahon14--12-.jpg

Ami lecteur, je te propose un petit jeu : compter le nombre de pépins émaillant ce nouvel épisode de nos aventures. Photos ICI

Déjà, dès le petit déjeuner, à 6h35, premier imprévu...mon portable bippe...SMS de Jean-Luc D, il est malade et ne se sent pas capable de rouler plus loin que Bernaville.

Lorsque j'arrive au club à 8h, c'est sur le trottoir que Jean-Luc me dicte la liste des villages à traverser, la grille du stade est fermée, on n'a pas trouvé la clef. Mon relevé du circuit accordera du temps à un employé pour l'ouvrir en prenant son poste...et à Frédéric G d'arriver, il avait oublié que nous avancions le départ d'une demi-heure, mais son retard permettra à mes compagnons de garer leur voiture dans la cour.

Il est presque 8h15 quand nous partons 22 vaillants cyclos : Gérard, Bruno G, Jean-René, Dominique, Michel H, Renaud, Jean-Luc R, Frédéric G, Guillaume G, Marc, Bruno D, Michel T, Manu, Jean-Luc D et moi pour l'USCA, et pour les « invités » Olivier, Richard, Daniel, Michel V, Germain, Richard et un jeune VTTiste passé là par hasard qui nous accompagnera jusqu'à Vignacourt.

Je trouve Bruno D bien téméraire, il choisit pour sa première une longue distance de 200km sur un circuit particulièrement pentu. On commence à la Chaussée-Tirancourt avec la montée vers Vignacourt.Le vent nous pousse.Le soleil illumine la campagne mais il fait très froid, je ne serai vraiment réchauffée qu'au sommet de la belle côte qui monte d'Havernas vers Bernaville.

Je n'ai pas du tout envie de jouer les capitaines de route et préviens les copains qu'il faudra se discipliner collégialement, d'autant plus que Jean-Luc ne m'a donné que les grandes directions sans mentionner tous les villages...alors que je note jusqu'aux numéros des routes quand je prépare un parcours.

Donc, on se perd, mais à Gueschart, cela nous permet de découvrir une jolie petite route à désormais emprunter. Et Daniel promet de nous guider pour la suite.

fortmahon14--27-.jpg

Le Printemps tout neuf pare de splendeur le paysage , distribue ses couleurs dans les petits villages traversés, chaque virage nous dévoile un nouvel enchantement, la Nature déploie toutes les nuances possibles entre blanc et rose, les chevaux paressent paisiblement dans les prés aux tapis verts parsemés de tâches jaunes, « tout ça c'est pour nous, c'est pour nous ce gentil Printemps » qui pédalons chez nous et savons ouvrir les yeux sur cette Vallée de l'Authie d'Avril.

fortmahon14--3-.jpg

Michel H demande une courte pause au calme moulin à eau de Maintenay, Bruno D crève après Fresne. Je me cache derrière un talus pour changer mon collant en corsaire ; surprise, c'est du sable sous mes pieds nus, du sable fin de plage apporté par les vents marins...et oui, nous arrivons!...Quend...Monchaux...Fort-Mahon...La longue avenue, et là, au bout, d'un bleu profond, la mer, qui se cogne à mon regard, surprise sans cesse renouvelée, répétition de notre première rencontre, il y a prés d'un demi-siécle, ainsi et ici.

fortmahon14--22-.jpg

Ce sont les vacances scolaires des parisiens, quelques familles admirent la marée haute.

fortmahon14--24-.jpg

112km, sur les photos je place mes comparses dans mes décors d'enfance, comme sur ces paysages de carton où je collais au crayon des décalcomanies. Je prends le temps d'aller saluer quelques fantômes sur la plage, étonnée de me sentir apaisée par un adieu.

fortmahon14--23-.jpg

Je râle pour rire à « l'Amandine » où Michel le patron nous accueille toujours avec une sympathie chaleureuse : personne n'a préparé une bonne petite place pour moi ! Heureusement Michel H se colle à son voisin pour m'installer, car nous occupons toute la terrasse, au chaud sous l'auvent. Pour se faire pardonner Jean-Luc R m'offre ma Leffe.

Avant le départ, Jack veille à ce que je n'oublie rien...et Michel T se salit les doigts pour replacer ma chaîne retrouvée déraillée.

Nous n'osions en parler pour conjurer le sort, mais nous y pensions tous, et il fallut se rendre à l'évidence...nous allions devoir rentrer contre un vent adversaire.

La troupe s'organise, nous croisons l'ami Joseph, et le nez dans le guidon, constatons à la sortie de Rue qu'il manque la moitié de l'effectif. Il faut stopper pour attendre....et apprendre que Bruno D a sorti son joker ! Il a téléphoné à sa femme de venir le chercher !

Nous serons donc 19 et j'ai mal aux jambes ; Jean-Luc s'emploie heureusement à me protéger du vent de côté. Soudain, en pleine ligne droite sans danger, Fred et son vélo s'envolent littéralement , se noyant à l'atterrissage dans les éclatantes fleurs d'un champ de moutarde, invisibles à nos yeux ébahis. Nous évitons tous la chute sauf hélas Renaud qui tombe lourdement dans le fossé ; Renaud semble souffrir de l'épaule et du poignet et je suis très inquiète, mais il repartira courageusement ; malgré sa cascade, Fred n'a même pas un gnon grâce à l'amorti du matelas de fleurs. Les vélos n'ont rien...si, ma chaîne a encore déraillé et Michel T se salit encore une fois les doigts.

fortmahon14--30-.jpg

Nous repartons...et à peine 5km plus loin, avant Crécy Manu, qui se demandait ce qu'il allait bien pouvoir inventer pour que je parle de lui...casse un rayon. Heureusement Jack était équipé d'une clef et a pu dépanner ; la réparation prend 10 bonnes minutes que nous occupons à bavarder avec de sympathiques employés de la DDE occupés à balayer les routes pour la Côte Picarde demain.Mais il est déjà 15h30 quand nous repartons ! Les copains qui viennent habituellement à notre rencontre risquent fort de se décourager et faire demi-tour !..

fortmahon14--31-.jpg

Car ce n'est pas fini ! À peine 5km plus loin Dominiquecrève ! Bruno G en profite pour faire remplir son bidon chez l'habitant.

Nous repartons....et à peine 5km plus loin (répétition dirait le prof de français) Daniel crève !

fortmahon14--32-.jpg

Est-ce l'arrêt près d'une chapelle ou la prière de Jean-René qui rend le Ciel enfin plus clément avec nous ? Cette fois nous n'aurons plus d'incident matériel jusqu'au port.

Mais la sortie ne se termine pourtant pas placidement. Je préviens les copains, il faudra regarder derrière dans la descente de St Riquier car je vais être lâchée ; mais ils ne se retournent pas, sauf Jean-Luc etJean-René qui m'attendent pour m'abriter du vent. Dans la petite montée qui sort de St Riquier, je vois Michel V puis Gérard être distancés, Jean-René et moi les dépassons, je hurle d'attendre les lâchés mais je suis encore à plus de 50m, avec ce vent , impossible de m'entendre. Mais c'est sûr, ça roule trop fort devant, la troupe s'effiloche et finit par ralentir ; mais c'est seulement à Ailly le Haut clocher que nous attendons Michel V et Gérard qui arrive très fâché bien que Jean-Luc l'accompagne. Il ne veut pas s'arrêter et part seul devant. Pas d'accord, c'est moi qui devrait être en colère, je suis la première à ne pas avoir été attendue dans la descente de St Riquier, et si j'avais été là et non 100m derrière on m'aurait entendue quand j'ai demandé de ralentir pour Michel et Gérard !!!!!Gégé m'a piqué ma colère !!!

Il est déjà très tard, nous décidons donc à Long de tourner directement sur L'étoile, et cette fois, mes camarades m'attendent adorablement dans la descente. Et peu avant Flixecourt pour la première fois depuis le début de nos longues distances, j'ai l'impression que je vais me faire sortir...donc je crie « moins vite » et on ralentit, comme d'hab ! Et je ne suis donc pas lâchée, je n'ai même pas eu le temps d'être dans l'orange foncé.

Conclusion : Il faut demander de ralentir avant d'être lâché, on ne peut pas se retourner tout le temps, messieurs, laissez vos orgueils dans vos poches arrière et manifestez votre mal être, mieux vaut faire ralentir la moyenne de 2km/h pour rouler ENSEMBLE que de se retrouver dans le rouge sans plus pouvoir avancer. Pendant une longue distance, on doit toujours se sentir bien, et les plus forts savent qu'ils doivent aider les plus faibles, sinon ils ne viendraient pas ! Donc les plus faibles, n'ayez aucune gêne à communiquer, on ralentira.

Bref, je suis tout de même inquiète de savoir où est Gérard ; je me raconte qu'il nous attend farceur à la pancarte de St Sauveur...Richard part en avant et c'est lui qui nous attend à St Sauveur, il a rattrapé Gérard qui est bien devant nous et rentrera seul,

Le vent est toujours aussi désagréable avec nous mais nous faisons bloc ; Manu est enfin rassuré en apercevant le clocher de Longpré les Amiens, sa roue a tenu le choc.

Malgré tous les aléas rien ne peut m'ôter le sourire et le bon ressenti de cette sortie bizarre. Grâce au soleil sûrement ! Il est 18h30 quand j'arrive chez moi, avec 208km au compteur. Je ne suis pas épuisée mais j'irai couchée tôt, en riant encore de la plongée drolatique, parce que sans gravité bien sûr, de Fred dans les fleurs de moutarde. Dommage qu'il n'ait rien vu, lui !

Mais c'était avant d'apprendre qu'hélas Renaud , lui, a finalement le cubitus fracturé.

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 12:07

C'est le soleil du Printemps qui décore la course de Rivery de son pinceau coloré.

rivery14--3-.JPG

Fred est rentré fructueux de sa chasse aux sponsors et j'ai fait installer la remise des dossards sous les arbres en fleurs pour le plaisir de mes acolytes Sophie et Sylvain.

rivery14--25-.jpg

Je suis venue en vélo de ville, bonne idée car j'ai pu ainsi naviguer un peu partout, j'ai eu l'impression de ne pas rester en place de l’après-midi, contrairement à Philippe , coincé sur le podium avec sa jambe plâtrée de la cheville au mollet;

rivery14--32-.jpg

Francis très occupé en tant que grand coordinateur de l'organisation a pourtant adorablement trouvé un moment pour nous servir le café ! C'était Dany aujourd'hui le délélégué sportif UFOLEP sur les courses.

Dans la course des GS une petite chute sans gravité enlève toutes ses chances à Fabrice Fin et c'est un équiper de Michel qui l'emporte, Marc Deneux.

En 3ème catégorie nos deux jeunesGuillaume sont en vedette, l'arrivée se jouera au sprint,Laurent termine 4ème, Guillaume G 5ème.

rivery14--29-.jpg

Michel ne s'est pas fatigué du tout en prévision de notre grande fête de famille ce soir.

En 2ème catégorie, j'ai eu le plaisir de voir Vincent bien remis de sa chute, il termine 14ème.

Les 94 participants ont été satisfaits grâce à la mobilisation des membres de l'USCA présents (photos ICI) , même les adeptes des longues distances...  

rivery14--10-.jpgrivery14--18-.jpg

...comme Renaud                                            ou Michel qui était associé à Serge .

Auront-ils récupéré pour pédaler sur 200km ? Vous le saurez en suivant le prochain épisode des aventures de Tin...euh de l'USCA...mardi 8h, départ pour Fort-Mahon, retour vent de face.

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 20:11

lehourdel--12-.jpg

Réveillée agréablement (5 ans de PACS aujourd'hui) je me lève d'un bond pour ouvrir le volet....il ne pleut pas, encore des élucubrations météorologiques...et le soleil sera même déjà avec moi quand j'arriverai au club. Nous serons 16 : Marc, Phiphi, Manu, Bruno G, Michel H, Philippe P, Claude, Henri, Michel T, Jean-Luc et moi pour l'USCA et les fidèles Jack, Richard, Daniel, Olivier et Michel V pour les « invités ».

Nous partons vers l'Ouest et comprenons vite qu'il faudra courber l'échine, le vent souffle face à nous. Mais sous le soleil de Printemps, entre les arbres en couleurs, la route défile joyeusement ; petite déception pour moi, nous ne bifurquons pas vers Sorel en Vimeu à Fontaine sur Somme, le parcours 1 est donc tout plat. Nous sommes punis, le ciel se fait de plus en plus sombre, et à Liercourt, une giboulée nous jette sous les abribus ; à peine 5 minutes d'abri, et nous repartons, au sec. Une autre averse nous accompagnera au long de Mareuil Caubert, mais légère et guillerette, sans que le soleil se cache, et nous serons déjà séchés à l'entrée dans Abbeville.

La côte se rapproche et bien sûr le vent se fait de plus en plus violent, c'est chacun pour soi, ou plutôt pour moi c'est l'abri le plus efficace ; je sais qu'Arrest passé le casse croûte sera proche et c'est en sortant de là que je fais remarquer à Marc que... Manu n'est plus là ...avec ce vent dans les oreilles il faut encore quelques kilomètres pour que l'information arrive à nos compagnons. Nous stoppons à Cartigny et réfléchissons...aucun d'entre nous, nez dans le guidon, luttant contre Éole, n'a vu Manu depuis la bifurcation avant Boismont, il y a...10km.

lehourdel.jpg

Je suis un peu inquiète mais je pense sans modestie , heureusement que maman (c'est moi) est là, car personne ne s'était aperçu de l'absence de Manu. Bon on a constaté, mais que faire ? J'espère nous sauver, je n'ai pas le numéro de Manu, mais celui d'Oscar, son « parrain » au club, j'appelle donc Oscar qui , après coupures, rappels etc... réussit à me donner le numéro de Manu tout en nous souhaitant « Bonne route », preuve d'un caractère magnagnime car il bosse le pauvre.

Manu ne répond pas, l'histoire aurait été trop simple ! Nous partons donc par la route la plus directe vers le Hourdel en saluant la mer à Cayeux, bataillant contre la force de la brise marine pour avancer entre les bas champs.

lehourdel--20-.jpg

Ouf, nous sommes rassurés, Manu est débrouillard, il nous attend devant le premier ponton, il nous confie qu'il a même déjà bu une Pétrus. Il s'était arrêté quelques secondes pour attraper une barre de céréales, juste avant que nous bifurquions vers Arrest et le nez dans son sac n'a pas vu que nous avions tourné ! Il a pris logiquement la route directe et luttant seul vaillamment contre le vent nous a précédés. Alors là je dis merci Manu car quand nous partons je me demande ce que je vais pouvoir raconter au retour, et grâce aux inventions de mes copains, nul besoin de tirer à la ligne, j'ai toujours de nouvelles péripéties pour amuser mes lecteurs.

lehourdel--7-.jpg

La Pétrus , que m'offre affectueusement Bruno, en terrasse devant la marée basse et la perspective d'un retour (presque) sans pédaler avec le vent devenu ami nous régalent, Marc change de chambre à air avant de redémarrer et nous repartons par les pistes cyclables,

A Boismont seulement quelle surprise, nous croisons Gérard et Renaud venus si loin à notre rencontre ! A la pause avant Fontaine sur Somme, où Gérard m'offre une gaufre Rita délicieuse, Chrystel, Sylvain et Jean-Claude nous rejoignent suivis par Michel L à Fontaine. Soudain, je m'aperçois que Claude n'est plus avec nous ! Moi qui était si fière d'avoir été la première à remarquer l'absence de Manu ! Jean-Luc me rassure : Claude avait prévenu qu'il nous laisserait à Liercourt, il n'était plus avec nous depuis 10h15! Belle leçon d'humilité c'était bien la peine de me la jouer maman toute puissante ce matin et de ne constater que presque 5 heures plus tard qu'il en manque un !

A Longpré Henri décide de monter le Panorama, Sylvain l'accompagne. Alors là je dis non Henri, ce n'étais pas la peine d'en rajouter, il y avait déjà l'anecdote avec Manu, il fallait garder ce rebondissement pour un autre épisode de nos aventures car là je suis lasse d'écrire donc je ne raconterai rien.

lehourdel--25-.jpg

Je suis beaucoup restée à l'arrière pour surveiller les défaillances et comme ça roule, je trouve que le retour se passe très bien et suis radieuse. Mais ce n'est pas l'avis de Jean-Luc qui me confie sa déception alors que nous nous sommes arrêtés pour attendre Marc qui regonfle son pneu avant à Argoeuves. Et réflexion faite il a raison, le retour a manqué du collectif resserré contre l'adversité du vent de l'aller.

Au départ du Hourdel, au lieu de s'étirer en belle ficelle, notre peloton s'est scindé en petits bouts épars, avec un groupe de tête semblant pressé de rentrer plutôt que d' apprécier le bonheur de s'être réconcilié avec le vent ; j'ai trouvé encore certaines relances intempestives ; quand Phiphi , en très nette progression, a été victime de sa seule défaillance du jour, l'e rythme n'a été ralenti qu'après réclamations répétées ; j'ai même entendu « ceux qui veulent faire la course, partez devant » ;Jean-Luc a raison, participer à une longue distance c'est décider de réguler son allure pour rester ENSEMBLE, c'est avoir envie d'être solidaire, c'est venir sans ego et sans idée de compétition, c'est savoir qu'on n'a à prouver ici que son esprit de camaraderie. Chaque participant au départ du club ou venu à notre rencontre, doit en être convaincu, c'est la clef de la réussite.

Mais comme nous le répètent les philosophes (dont le célèbre Capitaine Haddock ) « Tout est bien qui finit bien » et cette longue distance est "bien" car c'est tous ensemble que nous arrivons à Amiens, pour nous disperser au gré des carrefours. Pas de pause bistrot pour moi ensuite, je retrouve Michel et Lou qui viennent juste de rentrer de l'école. Cette fois, grâce je pense à une bonne alimentation,la gaufre Rita de Gérard y ayant contribué, je ne me sens pas épuisée après la douche mais je dois bien être la seule ce soir à étendre une lessive après nos 166km.  

Photos ICI

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 16:44

brevetstval--9-.jpg

C'est la première fois que je participe intégralement à notre brevet Amiens / St Valéry /Amiens, l'heure du départ ayant été judicieusement reculée à 8h, et je ne suis pas la seule à apprécier cet horaire puisque nous sommes 47 au départ, même les GS que j'ai engagés demain à La Hotoie (ils feront demi-tour avant Abbeville). Je suis contente car Fred, convalescent d'une blessure au genou, tente l'aventure. Moi j'ose une selle neuve, mais tout le monde s'en fiche car Phiphi est l'attraction du jour avec son nouveau vélo, pari risqué sans l'avoir bien en main pour passer les vitesses.

brevetstval--3-.jpg

Il ne fait pas bien chaud ce matin, 8°C au départ de chez moi et bien plus froid en campagne malgré un soleil qui brille dès son lever ; j'ai la piquette aux doigts jusqu'à St Sauveur tout comme. Sylvian Le rythme est beaucoup plus soutenu que dans nos longues distances de semaine mais nous sommes aussi bien plus nombreux, il suffit de suivre les roues. 

Oscar part régulièrement en avant pour sécuriser courageusement les carrefours avec notre motard JacquesFabrice surveille l'arrière de la troupe et devra s'affairer notamment à ramener un ancien qui tient à rester anonyme.

brevetstval--11-.jpg

Quelques péripéties plus loin dont une erreur d'aiguillage à Abbeville, cheminant entre les bas-champs face à un paisible vent d'Ouest, nous arrivons dans la baie, au grand plaisir de Francis qui s'inquiétait de « quand est-ce qu'on mange ? » alors qu'il n'est que 10h30. Sur les conseils avisés de mes camarades je change complètement le haut sur le port, je repartirai bras nus et serai ravie de ce choix car la température augmentera encore.

brevetstval--12-.jpg

Bernard prendra la place de conducteur du véhicule suiveur pour le retour. Gérard l'accompagnera après une crevaison qu'il avouera avoir eu la flemme de réparer.

Je ne sais lesquels avaient été désignés officiellement capitaines de route mais YvesClaude, Laurent, Lucien et Patrick ont été particulièrement performants dans ce rôle, si on excepte des relances trop vives aux intersections. Mention particulière à la montée du Panorama, en douceur et surtout groupée, au grand contentement des cyclos.

Le retour à Amiens , avec Jack rencontré à Mareuil-Caubert, sera allégre, paisible, Fabrice partage mon enthousiasme.

Mon essai audacieux est transformé, bien que profilée pour la course ma selle Italia Diva a l'assise d'un coussin et je note d'en commander une neuve à Pascal pour avril 2017.

brevetstval--18-.jpg

Nous sommes très surpris d'être de retour au club à 13h30 à peine ; nous avons 29km/h pile de moyenne ; j'interroge les participants autour d'une bière bien méritée, oui, nous sommes réjouis, c'est un vrai brevet convivial, uni, que Michel T a su organiser aujourd'hui, soutenu par une équipe motivée. Fred en a bavé bien sûr pour sa reprise mais il est content d'avoir suivi et d'avoir retrouvé une ambiance de club apaisée et solidaire.

prunus.JPG

Michel est surpris de me voir rentrer si tôt, c'est l'heure de la sieste, chouette ! j'ai tout le temps pour paresser sur la terrasse devant ce cadeau du Printemps.

Toutes les photos ICI

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 19:45

Des paysages nouveaux sous le soleil du Printemps, des bosses longues et douces comme on ne grimpe jamais dans nos sorties club, une chaleur d’Été, oui, d’Été (ce n'est pas un Poisson d'Avril), une convivialité et une solidarité sans faille, un vent portant à l'aller, tombé au retour, tous les éléments étaient réunis pour que cette longue distance nous enchante.

Le changement d'heure me sied, j'étais spontanément réveillée à 6h30, dans la nuit, et je n'étais pas la dernière au rendez-vous du club. J'ai juste été un peu perturbée par l'absence inattendue de trousse de secours, mais nous n'en avons pas eu besoin,ouf.

Le soleil brille déjà quand Philippe P, Bruno G, Renaud, Phiphi, Marc, Michel H, Michel T, Gérard, Henri, Arnaud, Manuel, Jean-Luc et moi pour l'USCA , Daniel, Olivier, Richard et mon cher Jack, pour les « invités » démarrons.

La sortie de ville est chaotique, entre les embouteillages, mais dès le haut de Saleux nous retrouvons des routes de campagne bien typiques et sans circulation.

Gamaches14--3-.jpg

Première pause en haut de la bosse entre Molliens et Camps, le soleil brille et chauffe, je vais me dévêtir au fil des kilomètres jusqu'à ce que la décence m'arrête.

L'asphalte défile agréablement, entre Liomer et Sernarpont, le paysage change et se pare de douceur normande, falaises de craie, bocage, troupeaux de paisibles vaches laitières, la route en est enchantée. D'ailleurs je chante.

Nous voilà à 17km de Gamaches...Mais pas question d'y aller directement, nous allons faire un grand détour, seul Gérard, encore en manque de forme à son idée, choisit de couper au plus court, délaissant la Forêt d'Eu.

Nous voilà en Normandie, mais que se passe-t-il ?Certains de mes compagnons semblent en difficulté, ralentissent, je comprends seulement après une centaine de mètres, nous sommes sur un faux-plat montant, non, une bosse, une bosse qui n'en finit pas , encore et encore, virage après virage, jusqu'au village de Campneuseville.

Gamaches14--7-.jpg

J'ai vérifié sur la carte, 5km de superbe montée  et une 2ème une dizaine de km plus loin moins longue et tout aussi jouissive, en pleine forêt, le décor se fait montagnard.

Gamaches14--8-.jpg

Les descentes sont bien sûr vertigineuses, Manu créve au bas de l'une d'elle, ce qui nous permet d'admirer l'architecture des fermes isolées.

J''ai suivi Daniel et Michel T dans les deux premières bosses sylvestres mais j'ai dû faire des efforts pour rester dans leur roue aussi je décide de retrouver mon poisson-pilote préféré Marc pour grimper la dernière,qui mène de Grancourt à Guerville,son rythme est parfait.

Gamaches14--19-.jpg

Il n'y a plus qu'à plonger vers Gamaches et retrouver Gérard sur la place à la terrasse de « La Tanière à tatins » où nous recevons par le patron un accueil particulièrement chaleureux qui nous régénère , il est plus de 13h15 et nous avons plus de 100km au compteur.

Je repartirai en tenue d'Eté , sans manchettes.

Gamaches14--20-.jpg

Bruno crève avant Liomer, ce qui ne nous désorganise pas bien longtemps. Après les bosses du matin, le parcours va nous sembler bien plat malgré de courtes grimpettes, seule la côte de Fresnoy au Val nous offre une pente d'autant plus réjouissante que c'est la dernière.

Phiphi m'annonce qu'il faut retourner en arrière car il a oublié son sac au cimetière où nous avons rempli nos bidons...Poisson d'Avril ! C'est Bruno qui le porte pour soulager Phiphi qui donnait des signes de fatigue.

Nous perdons Daniel, Renaud et Gérard qui devant nous, se sont trompés de chemin et n'ont pas entendu nos appels ...mais ouf, nous les retrouvons à un carrefour quelques kilomètres plus loin et arrivons tous ensemble joyeusement à Saleux, nous rassemblant encore aux feux en haut du Campus. Je ne retourne pas au club puisqu'on passe devant ma rue, je me sens en pleine forme, j'ai pile 170km.

Gamaches14--2-.jpg

Mais comme d'habitude mon tonus retombe après la douche et je termine la journée sur un transat au soleil près de Raphi un peu fâché que j'ai piqué sa place.

D'autres photos ICI

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 21:01

remiencourt--4-.JPG

Une équipe de choc pour un total de 269 partants, De trés beaux vainqueurs fleuris par Mme Barbara Pompilli députée de la circonscription qui nous honore de sa présence.

remiencourt--9-.JPG

Franck Duynslager en 1ère

remiencourt--12-.JPG

Ludovic Carpentier en 2ème , ici entre Mme Pompilli et Mr le Maire

remiencourt--11-.JPG

Stéphane Degoutte et Soralia Derbesse en 3ème catégorie

remiencourt--10-.JPG

Claude Pochol , Pascaline Wochol en catégorie GS avec Joseph Sueur, 1er GS B. 

Satisfaction encore, tous les présents à la remise des prix ont pu être récompensés.

remiencourt--6-.JPG

Hélas, quelle ironie du sort, Patrice, notre responsable sécurité (ici avec Oscar) a été victime d'une chute et sera hospitalisé toute la semaine après opération d'un pneumothorax.

remiencourt--35-.JPG

Tombé aussi à cette arrivée en 2ème catégorie, Vincent souffre de contusions.

PHOTOS ICI

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article