Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le velo de Cat
  • Le velo de Cat
  • : la vie et le vélo côté féminin
  • Contact

Profil

  • Catherine
  • licenciée à l'USC amiènois, 3enfants,pacsée à Michel.
A 15 ans 2 jours j'ai écrit dans mon journal "Je ne voudrais plus faire que ça, pédaler, grimper, souffrir, sourire...bref vivre à vélo". 
Je crois avoir réussi.
  • licenciée à l'USC amiènois, 3enfants,pacsée à Michel. A 15 ans 2 jours j'ai écrit dans mon journal "Je ne voudrais plus faire que ça, pédaler, grimper, souffrir, sourire...bref vivre à vélo". Je crois avoir réussi.

Cumul kilométrique 2016

 

2016  : 11805

2015 12066

2014:  12 826

2013: 11 360

2012: 10 640

6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 21:02

arras--18-.jpg

« T'as voulu voir Arras,

T'as vu la marée basse .»

Un très fort vent de Sud-Ouest souffle fort quand je me lève, il ne fait que 11°C mais le soleil illumine la salle de bain.

Seuls Michel H, Bruno G et Richard m'attendent au club...le ciel est sombre vers l'Est où nous devions nous diriger...à peine le temps de le proposer que vu notre petit effectif, nous sommes d'accord pour changer de cap, afin de rentrer vent dans le dos et de réduire le kilométrage prévu : nous partons vers la mer et c'est en chemin que nous optons pour la pause-sandwich au Crotoy. Richard prépare le championnat de Picardie FFC et ne roulera que 70 km au total.

arras--2-.jpg

Nous ne sommes donc que trois et l'ambiance est exquise...notre niveau cycliste est homogène, aucune question à se poser sur l'allure ! Le vent se fait de plus en plus méchant à mesure de notre avancée vers la mer et comme j'apprécie la carrure protectrice de mes compagnons ! Nous suivons la rive gauche jusqu'à Pinchefalise et progressons vite malgré le vent contraire sur ce circuit presque sans dénivelé, une vraie sortie de récupération après le Tour de la Somme de l'ES Cagny.

Nous nous obligeons même à ralentir sur la piste cyclable qui mène de St Valéry au Crotoy, nous prenons le temps d'admirer la baie. Bruno tient à déjeuner de moules-frites et craint que les cuistots ne soient pas encore opérationnels Mais pas de souci, il sera servi à « La bonne franquette » même s'il n'est pas encore midi. Le soleil du matin inonde la baie de sa lumière, le restau se remplira peu à peu...de cyclistes !

arras--15-.jpg

La pause est assez longue et très plaisante ; je me change pour repartir bras et jambes à l'air ; Michel veut longer la plage ce qui nous permet d'apprécier encore la violence du vent et de jubiler à l'idée du moment où il nous assistera.

Le retour est prévu vif mais monotone...c'était sans compter sur mes amis, toujours prompts à à inventer une péripétie afin que je m'adonne aux joies de la plume.

arras--19-.jpg

Déjà , après le premier kilomètre nous nous apercevons que nous nous sommes trompés et qu'il faut faire demi-tour, mais cela nous permet d'admirer deux fois le superbe paysage côtier ; Ensuite, après avoir serpenté dans les terres à travers de charmants villages en croyant nous éloigner de la mer, nous rions beaucoup en constatant que nous avons tourné en rond pour retrouver encore une fois la piste cyclable StValéry/ Le Crotoy.

Après le tumulte du désagréable trafic routier, le calme des marais menant à Cahon-Gouy semble nous augurer une fin de circuit sans encombres, à une vitesse record pour aussi peu d'efforts. D'ailleurs nous montons le Panorama pour apprécier encore plus l'aide du vent ami, et nous congratulons au sommet, devisant sur cette journée « que du bonheur ...juste avant que nous nous perdions.

arras--29-.jpg

Oui, amis lecteurs, nous nous sommes perdus dans (sur?) le Panorama ! Convaincue de ne pas être entrée dans la quatrième dimension, j'ai terminé la sortie hilare, vraiment réjouie par la drôlerie de cet épisode incongru.

J'ai bien pédalé, 170 km contre les 210 prévus, je me sens très fatiguée, bien plus qu'après les récents 200km, sans doute à cause du vent contraire matinal. Je n'ai pas revu Arras , mais j'ai adoré cette longue distance, un grand cru de camaraderie et de bonne humeur.

toutes les photos iCI 

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 19:00

fonsomme--19-.jpg

La dernière étape du Tour de la Somme organisé par l'ES Cagny nous a promenés à la découverte d'un circuit entièrement nouveau, sur des routes inconnues. Le parcours délicatement accidenté (1200m de dénivelé tout de même) nous a menés de "Samarobriva" jusqu'à la source de la Somme àFonsomme dans l'Aisne, au pied des collines du Vermandois, passant des terres agricoles du Santerre au fil de l'eau du fleuve qui se dévide, des paysages dessinés par le travail de l'homme à la nature sauvage des marais, des couleurs chatoyantes des fleurs épanouies dans les villages aux champs de coquelicots écarlates, le tout illuminé par le grand soleil de Mai.

Pendant que les autres copains de l'USCA grimpaient les cols du côté d'Embrun pour les "3 jours" du clubMarc, Bruno G, Michel H ont parcouru la totalité du Tour des "3 jours de l'ES Cagny" , en commençant jeudi par le circuit des Evoissons ; Manu, Guillaume et son papa Jean-Pierre les ont accompagnés hier vendredi pour l'étape vers la forêt de CrécyVincent et moi nous sommes ajoutés pour la dernière (Jean-Pierre n'en ayant affronté que la moitié).

fonsomme--16-.jpg

Ce brevet fut riche en images, péripéties, partage, rires entre Cagny et Fonsomme, situé à 30km de Cambrai, ce qui fit dire des bêtises à Michel H, puis de Fonsomme jusqu'à Cagny où nous avons comparé nos bronzages cyclistes mérités ce jour et où j'ai consolé un Vincent tristounet que ce soit déjà terminé.

fonsomme--7-.jpg

 J'ai apprécié de ne pas être la seule femme à pédaler accompagnée de Christine et Audrey. Quel plaisir de retrouver aussi les copains Titi, Daniel, Pascal... de rencontrer des cyclos comme Gonzague....La fête a hélas été gâchée par la chute d'Olivier qui s'est fracturé le poignet . La voiture de l'ES Cagny débordant de l'énorme stock de ravitaillement et chargée en plus de nos sacs, heureusement que notre Pascal préféré suivait aussi dans son atelier mobile ! Olivier est rentré en voiture avec Audrey, Pascal en vélo avec nous le mollet alerte.

 fonsomme--31-.jpg

Au terme de cette belle journée Bruno a été récompensé pour avoir remporté le challenge en participant aux 5 brevets 2014, même celui de St Valéry en mars sous la grêle, puis vers Beauvais en avril.

Sans profiter du vin d'honneur Marc et moi sommes repartis inquiets de savoir comment nous passerions la montée de la rue de Cagny...je rassure mes compagnons...nous avons eu très très mal aux jambes !

J'ai 216km au total. Zut, c'est fini, il va falloir attendre 2015...

Toutes les photos ICI

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 19:50

berck14--15-.jpg

Une longue distance de guerrier, dont on reparlera longtemps. Amis lecteurs n'étant pas de nature belliqueuse, je me suis ôté une part de lutte.

Ce matin du 24 mai je me réveille spontanément à 6h20 en pleine forme et affamée.

Il fait 13°C mais le temps est humide et je me prépare un peu dubitative. En effet, la météo étant très pessimiste je m'attends à trouver peu de partants au club...à moins de 6 je déclarerai forfait...nous sommes 14 ! Certains hésitent comme moi sur la longueur de leur randonnée mais nous nous encourageons mutuellement et finalement, le nombre de volontaires pour la totalité du parcours s’accroît : Fabrice, Sylvain C, Guillaume G, Yves, Bruno G, Michel H et moi pour l'USCA , Daniel et Hervé pour les « invités ». Dominique et Sylvain R nous quitteront à Gorenflos, Olivier et Michel de l'ES Cagny à Yvrench. Jean-Luc nous guidera jusqu'à Berck et y restera.

Le 10ème sur tout le circuit sera Jean-Pierre S, dans le fourgon Delestrez noblement prêté par Philippe P, bien qu'il soit navré de ne pas pouvoir se libérer pour nous suivre :pas de sac sur le dos et une sécurité renforcée.

Le vent du Sud nous pousse si bien que nous nous apercevons que le circuit a quelques belles bosses seulement quand nous sommes au sommet. L'ambiance est très joyeuse, sous un soleil brillant de plus en plus au fil des kilomètres qui semblent défiler vivement.

berck14--8-.jpg

Nous soufflons au moulin de Maintenay, puis traversons le hameau pour découvrir de nouvelles routes bucoliques, croisant un cortège de très belles voitures anciennes.

J'ai une bouffée soudaine de bonheur, j'ai fait le bon choix, je suis là, heureuse d'être sur mon vélo, à rouler allègrement vers la mer.

Je reconnais le chemin et nous sommes très surpris d'être déjà arrivés sur la piste cyclable de Berck, Fabrice m'interpelle : « ce serait pas ça le bonheur ? ».

berck14--14-.jpg

Fred m'appelle pile alors que j'admire béatement la mer. Il n'est pas avec nous car il se prépare à partir à 14h pour un 400km qualificatif à Paris-Brest-Paris avec route de nuit, mais il envie notre bonne ambiance.

L'accueil tout au bout de la jetée à la terrasse du « Neptune » est aimable et souriant ; Yves était attendu par son épouse Martine et son fils Antoine, Jean-Luc par Odile. La pause « sandwich/café » est encore plus sympathique avec ces convives supplémentaires ; tiens, en écrivant ces mots je m'aperçois que si j'ai apprécié ce moment encore plus que d'habitude c'est peut-être pour une fois je n'étais pas la seule femme attablée et non pas seulement parce que Jean-Luc m'a offert mes premières cerises de l'année .

Nous savions déjà que le retour serait plus sportif que l'aller, le vent devenant adversaire. Mais à peine sommes nous remontés sur le vélo qu'une autre ennemie annoncée nous surprend : la pluie . Nous serons trempés avant même la sortie du Pas-de-Calais mais qu'importe, l'allure est fluide, cohérente, le vent n'est pas si méchant que ça, et à l'arrière, je me sens agréablement bien.

berck14--21-.jpg

On roule depuis plus d'une heure déjà lorsque les averses se font cinglantes, la situation devient critique pour moi, la pluie ruisselle sur mes lunettes solaires de vue, et si je les retire, je me retrouvedans le brouillard de ma myopie de -6 dioptries. Je ne peux que m'arrêter sur le bas-côté. Nous sommes en pleine campagne, sans un abribus, sans un porche, sans un arbre, je n'ai jamais vécu une telle galère à vélo, uniquement en ski par tempête de neige. Et ça survient alors que Jean-Pierre nous protége avec le fourgon Delestrez, Je peux y monter, essuyer mes yeux et même me changer au sec. La pluie va continuer encore près d'une heure...et après la pluie, le beau temps.

Ouf, je remonte sur mon vélo à St Riquier, ravie que mes compagnons n'aient aucune réflexion autre qu'humoristique. Dés Long, je devine leur lassitude , excepté Guillaume qui semble en promenade; mon heure de repos à bavarder avec Jean-Pierre m'a évité la lutte contre le vent de face au plus fort du parcours ; désormais,nous l'aurons de côté sous le soleil.

Évidemment je me sens en pleine forme et tente de me faire oublier, craignant d'être moquée pour avoir « triché », mais ils ne sont pas dupes.

« Tout est bien qui finit bien », encore une fois, ce fut une longue distance épatante, nous sommes tous enchantés, même s'ils se sont pris une heure de pluie de plus que moi. Fabrice me charge de l'exprimer, remerciant les costauds qui se sont mis devant, surtout Guillaume, qui , en plein déluge, a pris le temps de me cueillir un coquelicot.

J'ai 180km au total, eux 207 au club.

d'autres photos iCI

Fred terminera son périple le lendemain vers 10h.

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 21:21

santerre--11-.JPG

Enfin, il fait 16°C à 6h30, et je pars pour cette cette belle longue distance à la rencontre de mon Santerre d'origine vêtue en tenue d’Été, cuissard, maillot court, les manchettes seront ôtées avant Boves ! Quelle joie, il fait chaud...mais on sait déjà que l'orage est prévu.

Qu'importe, le soleil brille sur la campagne, Claude, qui nous quittera à la première pause, Jean-Luc, Bruno G, Michel H, Marc, Guillaume G et moi pour l'USCA, Daniel, Olivier, Richard pour les « invités » pédalons avec allégresse sur ce parcours incroyablement pentu, probablement le plus accidenté de toutes nos longues distances ; moi qui aime tant grimper, je suis gâtée, d'autant plus que j'ai mon « poisson-pilote » Marc, ma roue avant semble être aspirée par sa roue arrière à chaque montée, bien abritée du vent. La bonne humeur est constante tant nous sommes ravis de ce beau temps malgré les mauvaises prévisions météo.

En fin de matinée la route se fait plus plate alors même que notre changement de direction nous apporte un vent favorable, le rythme s'accélère mais l'allure reste enjouée, nous arrivons à Breteuil, où nous laissera Richard, en avance sur l'horaire prévu.

santerre--4-.jpg

L'accueil au « Stop » est excellent, le patron est aux petits soins, nous ouvrant les portes de sa terrasse cachée de la ville, précédant nos désirs de ravitaillement en eau, encore un point de chute bien sympathique, avec de plus un grand choix de bières pression.

Le ciel oscille entre grisaille menaçante et grand soleil encore, c'est inquiets mais optimistes que nous repartons à seulement midi et quart. Et c'est reparti pour grimper puisqu'on monte à Cormeilles pour redescendre vers Fontaine-Bonneleau, et c'est dans cette descente que la galère commence pour moi...Alors que tout allait bien jusque là, je me sens soudain mal, j'ai l'impression de bouillir, je ne peux plus tourner les jambes. Bon, je n'ai jamais aimé les descentes et pense « me refaire » dans le long faux plat vers Lavacquerie que j'ai toujours apprécié malgré le macadam granuleux. Mais non, je respire mal, cela devient vraiment désagréable. Et à la sortie du village, j'informe mes compagnons de mon intention de ne pas insister et de rentrer seule.

C'est là que se produit ce qui n'arrive que dans les sorties réussies...après avoir tenté sans succès de me convaincre de continuer, mes compagnons décident solidairement de m'épauler pour rentrer. Je suis réconfortée par tant de gentillesse . Nous allons être retardés quelques kilomètres plus loin par des gravillons et deux camions de goudron, mais le vent précurseur d'orage va se lever pour nous pousser à partir de ContyLucien se joint à nous. La Nature est bonne avec moi, je n'ai qu'à me laisser porter par le train rapide et régulier maintenu raisonnable pour que je suive sans peine même affaiblie. Mes comparses m'épatent de tant d'attention et me redonnent la force de ne pas les décevoir.

santerre--7-.jpg

La pluie annoncée nous surprend à la sortie de Vers sur Selle et nous nous arrêtons sous le pont de l'autoroute, le temps que le plus gros de l'averse se déverse, encore un bon moment de complicité. Nous repartons avec les impers sous une petite pluie fine qui ne tombera que jusqu'à la route de Paris, à peine 4 kilomètres sous l'eau, donc. Au total, j'ai 144km contre les 160 prévus et ça me suffit bien.

Et pour moi cette longue distance a été une vraie réussite, elle m'a montré le cœur de mes camarades, ils m'ont soutenue, nous sommes restés ENSEMBLE , en cohésion , c'est ça l'esprit des longues distances, la solidarité, et il me fallait cette défaillance pour le vivre.

Le soir, j'ai très mal à la gorge, c'est peut-être l'explication de ma fatigue ou simplement les mystères de la forme ou pas à vélo.

Les autres photos iCI

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 19:10

touramienois--21-.JPG

Les gens heureux n'ont pas d'histoire...les brevets heureux non plus. Et oui, amis lecteurs, vous voilà bien déçus... rien à raconter...158 km de bonheur pur dans un Mai au faîte de sa gloire, éclatant de couleurs lumineuses, nous offrant la première vraie chaleur de l'année …Quelle formidable idée que d'échanger les dates de nos deux brevets longue distance, puisque Amiens St Valéry fut un premier succès, et que notre Tour de l'Amiénois a réuni 41 cyclos pour les 150 km totaux et plus d'une vingtaine d'accompagnants supplémentaires le matin.

touramienois--24-.JPG

Que dire pour tirer à la ligne ...Vincent m'a fait démarrer la matinée par un joyeux éclat de rire...Oscar a réglé mon casque...Eric m'a offert deux sandwichs pour ma prochaine longue distance...Fred m'a ouvert une bière...Bernard n'a pas craqué l'aprés-midi...Didier a encore essayé ses talkies-walkies de poignet...Dominique , notre président du  CC Oisemont préféré, et nos amis d 'Airaines ne regrettent pas le déplacement...

Ah si, je peux affirmer que ce brevet fut une réussite grandiose non pas grâce au soleil même s'il a aidé...mais parce que la volonté commune était qu'il soit réussi. Nos capitaines de routes Claude et Patrice ont été excellents, et parfaitement secondés. Yves veillait sur tout avec une stature discrète de leader.

Et puis je dois avouer que dans tout ce plaisir, j'ai quand même eu un petit chagrin...oui, quand j'ai vu le panneau « Querrieu » mon cœur s'est serré...plus qu'une douzaine de kilomètres avant la fin de cette merveilleuse balade.

touramienois--31-.JPG

Il nous restait à partager quelques bières et terminer les paquets de pruneaux, en ressassant sans cesse notre félicité à Jean-Luc, l'organisateur

touramienois--35-.JPG

Tendre hasard, nous avions croisé Michel à Loeuilly, il avait roulé 115km, seul, et en m'attendant prenait un bain de soleil, comme Léa.

tourdelamienois--4-.JPG

Soleil torride puisque Raphi, pourtant amateur de chaleur, préférait l'ombre.

 

D'autres photos ICI (la censure a oeuvré)

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 20:06

lecrotoy2--12-.jpg

Je suis prête à partir, le téléphone sonne, c'est Jean-Luc ! Il vient de crever sur le pont de Longueau ; j'annonce son retard quelques minutes plus tard à Phiphi, Bruno G, Didier D, Arnaud, Michel H, Guillaume pour l'USCA , Olivier et Michel V pour les « invités ». Jean-Luc arrive...à nouveau crevé ! Et en réparant, il s'aperçoit qu'il manque un patin de freins ! Grand moment de découragement pour lui, il pense renoncer, mais nous le convainquons qu'il pourra freiner avec 3 patins seulement.

Incroyable, pour aller vers l'Ouest, nous partons, avec une demi-heure de retard, vers l'Ouest ! Le brouillard nous surprend à la sortie d'Amiens, ne se levant qu'à Condé-Folie, laissant place à un soleil radieux pour le reste de la journée.

lecrotoy2.jpg

Le parcours est épatant sur des routes bucoliques, peu souvent empruntées, où nous oublions parfois la prudence tant elles ne semblent être qu'à nous, avec des bosses splendides le matin (Long, Caours...) et l'aprés-midi (Lambercourt, Hucheneville, Limeux...)

Phiphi nous laisse après 50km de compagnonnage pour vaquer à ses obligations politiques.

L'allure est joyeuse et adaptée jusqu'à la piste cyclable qui sort de Noyelles. Le groupe se casse en deux, avec une tête qui accélère, nous sommes pourtant à 30km/h vent dans le nez ! Bruno n'arrivera pas à « rentrer » à 31km/h. Je suis coincée derrière avec Jean-Luc et Michel H ;si j'avais été devant, bien évidemment, j'aurais demandé qu'on attende les autres ! Et la séparation grandit, la tête disparaît à l'horizon, ça fait 5km que ça dure, je suis déçue, j'envisage de ne pas m'arrêter au Crotoy et de rentrer seule , plutôt qu'avec ces égoïstes qui ont oublié toute solidarité.

ls nous attendent à l'entrée duCrotoy , Jean-Luc est tellement exaspéré qu'il ne s'arrête même pas, me laissant seule exprimer notre indignation, je n'ai jamais rien vu de tel sur une longue distance, un tel manque de bonne volonté à rester groupés, un tel esprit individualiste !

lecrotoy2--8-.jpg

Mais je comprends tout : cet incident était un prétexte à me faire des bisous pour se faire pardonner ! Et c'est marée haute sur la baie, la lumière de Mai illumine le Crotoy.

lecrotoy2--4-.jpg

Il n'est pas encore midi, les terrasses se remplissent. On nous reconnaît à « La bonne franquette » où Guillaume m'offre une bière et où Bruno déploie un charme italien qui enchante les serveuses. Grâce à son badinage, nous traînons suffisamment pour avoir la très bonne surprise de l'arrivée de Jean-Luc R sur l'esplanade ; il nous accompagnera jusqu'à St Sauveur et appréciera lui aussi les belles grimpettes du circuit .

Est-ce mon petit sprint avec Olivier au sommet de la côte de Limeux ?... à Sorel en Vimeu, je ressens une douleur très inquiétante dans la cuisse droite. Ouf, elle s'estompe, puis revient, à intervalles réguliers, sans cause. Ma cadence de pédalage n'en souffre pas, mais ça me gâche les 30 derniers kilomètres car je crains tout comme mes camarades que quelque chose n'explose soudain dans ma cuisse...la douleur ne s'aggrave pas, sa fréquence non plus. Je termine donc la sortie entre souffrance et plaisir de me sentir poussée par ce bon vent d'Ouest qui s'est levé. J'espère que cet incident ne vient pas de mon  Look 555, don généreux d'un bienfaitrice, que j'essayais pour la première fois sur une longue distance . J'aurai mal encore toute la soirée, debout, assise ou allongée, toujours avec cette curieuse cadence de douleur sans cause suivie de longs répits.

Didier voulait rentrer avant 17h, il est comblé, je suis sous la douche à 16h45, malgré notre départ retardé ce matin et le marivaudage de Bruno ce midi. J'ai 174km, je suis fatiguée mais pas épuisée, j'étends une lessive avant de m'installer sur un transat comme prévu devant la télé pour les dernières minutes de l'Ouverture du Festival de Cannes, la cérémonie entière étant bien trop ennuyeuse.. J'adore cette profusion de cinéma et pendant 10 jours je lis tous les reportages et regarde toutes les émissions consacrées, comme si j'y étais. Sauf que si j'étais là-bas, je ne pourrai pas être au départ du Tour de l'Amiénois samedi...

d'autres photos iCI

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 18:48

brevetrivery--9-.jpg

Le soleil du petit matin nous expose les métamorphoses orchestrées par le premier jour de Mai. Les fleurs des arbres sont tombées , découvrant des feuilles d'un vert tendre rafraîchissant à Rivery où la municipalité nous accueille au gymnase du collége.

brevetrivery (2)

Le rallye du muguet est apprécié à la fois par les cyclotouristes et les coureurs, les licenciés de l'USCA sont venus nombreux mais ceux des clubs voisins aussi, il faudra songer à leur rendre la pareille dans leurs brevets. J'ai le plaisir de trouver au départ Patrice qui semble déjà remis de son pneumothorax et Henri qui ne souffre plus de sa contracture.

Deux circuits sont offerts, l'un de 65km vers l'Est, l'autre de 85km vers le Nord, tous deux assez accidentés pour que les amateurs de grimpette soient satisfaits.

J'ai choisi le 85 comme ¾ des inscrits ; allure fluide, rythme régulier, aucune relance intempestive, c'était parfait, sauf bien évidemment pour moi dans les descentes.

On s'approche du kilomètre 70 quand mon porte-bidon dévie du cadre pour la 2ème fois de la matinée ; mais cette fois, je ne parviens pas à le refixer ; je décide donc d'arrêter pour corriger le problème et de me faire rapatrier par le véhicule suiveur conduit par Bruno.

Surprise, il y a déjà Phiphi dans le camion, il répare une crevaison et m'accueille fort joyeusement. Je règle vite mon souci mécanique en décidant simplement de terminer sans bidon et demande à Bruno d'accélérer pour me remettre dans le peloton.

Mais j'ai l'imprudence de rester debout et un coup de frein m'envoie valser contre la paroi qui sépare du conducteur, sur le vélo de Phiphi, le dos cognant pile sur une barre de tôle, mon vélo en rajoutant en basculant sur moi.

La douleur dorsale est violente, j'ai le souffle coupé, je ne peux me relever, Phiphi et Bruno s'inquiètent, scrutent mes vertèbres, la douleur devient supportable et je redeviens brave, ça les rassure. Mais mon vélo est blessé, la roue arrière ne tourne plus, Phiphi et Bruno essaient de comprendre pourquoi, triturent chaîne, pignons, dérailleur...rien n'y fait.

brevetrivery--6-.jpg

Bruno s'arrête pour acheter du muguet...incroyable, parmi la pléthore de vendeurs du jour, il tombe sur Alexandre, mon équipier du championnat de France clm 2008, marié depuis à une fleuriste ! Pendant ce temps, je constate que si la roue de mon vélo chéri ne tourne plus, c'est parce qu'un patin de freins s'était déplacé dans la chute et empêchait la rotation...Bruno et Phiphi ne sont pas prêts à remplacer notre mécano préféré Pascal !

brevetrivery--8-.jpg

Car le vélo de Phiphi a eu bien du mal lui aussi à récupérer une roue arrière !Nous ne rattraperons le peloton...que devant le buffet au gymnase de Rivery. Mon dos me fait souffrir mais mon président préféré me console avec le muguet d'Alexandre, offert aussi à Sophie qui « a fait » le 65 et à Marthe, qui était avec moi dans le 85, que j'ai rencontrée aujourd'hui et avec laquelle j'aurais bien voulu discuter plus longtemps, j'espère la revoir bientôt sur la route.

Quelques heures plus tard, je ne peux toujours pas appuyer mon dos sur un dossier ou un lit mais ça ne vaut pas un tour aux urgences, ç'aurait été un comble ! Et cet incident me rappelle nos blessés qui n'ont pas pu être là aujourd'hui...Philippe(s) Rocroy et Barré, Renaud...

d'autres photos ICI

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article