Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le velo de Cat
  • Le velo de Cat
  • : la vie et le vélo côté féminin
  • Contact

Profil

  • Catherine
  • licenciée à l'USC amiènois, 3enfants,pacsée à Michel.
A 15 ans 2 jours j'ai écrit dans mon journal "Je ne voudrais plus faire que ça, pédaler, grimper, souffrir, sourire...bref vivre à vélo". 
Je crois avoir réussi.
  • licenciée à l'USC amiènois, 3enfants,pacsée à Michel. A 15 ans 2 jours j'ai écrit dans mon journal "Je ne voudrais plus faire que ça, pédaler, grimper, souffrir, sourire...bref vivre à vélo". Je crois avoir réussi.

Cumul kilométrique 2016

 

2016  : 11805

2015 12066

2014:  12 826

2013: 11 360

2012: 10 640

13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 17:55
Amiens/Berck 11 juillet
Amiens/Berck 11 juillet

Quel bonheur de pédaler sous le soleil de l'Eté toute une journée entre copains ! 210Km prévus pour cette longue distance jusqu'à Berck-plage, programmée un samedi afin d'en faire profiter les actifs occupés en semaine. Seuls deux d'entre eux ont rejoint l'effectif mais rien que pour ces deux là l'expérience du samedi est à reproduire.

Il fait déjà très bon à 7h30 au soleil pour Bruno, Claude, Didier D, Frédéric K, Frédéric V, Laurent D, Marc, Renaud, Sylvain , Sylvain R et moi pour l'USCA, Jack, Olivier pour les invités.

Comme la semaine dernière Sylvain a programmé son GPS et nous ne nous sommes jamais perdus.

Claude et Laurent font demi-tour très vite pour rejoindre la sortie club, Marc et Didier nous laisseront avant Vauchelles les Domart là où Bruno s'aperçoit qu'il a oublié ses sous dans le sac à dos laissé à Didier.

C'est devenu un rituel, l'allure est tonique et régulière, ralentie au sommet des quelques jolies bosses qui jalonnent le parcours ; j'ai de très bonnes jambes et je vais apprécier de me sentir si bien dans les paysages où j'étais si mal il y a deux semaines (voir Amiens/Fort-Mahon) le long de l'Authie. Mes camarades s'étonnent encore de me trouver avec eux au bas des descentes parfois vertigineuses et je ne me lasse pas de savourer cette nouvelle griserie. A Gueschart je reçois le coup de fil attendu de Phiphi qui démarre du Touquet pour venir nous rejoindre, ce qui sera fait à la sortie de Boisjean. Le vent qui jusque là était très faible se lève face à nous, augurant un retour facile.

Amiens/Berck 11 juillet
Amiens/Berck 11 juillet

La matinée est passée comme un rêve mais à l'approche de Berck nous retrouvons la réalité du trafic routier d'un samedi estival sur la côte. Heureusement pour nous, la ville de Berck est riche d'une belle piste cyclable ombragée tandis que les pauvres automobilistes sont coincés dans la touffeur des bouchons. La traversée du centre-ville bien plus périlleuse nous oblige à prendre des risques pour accéder à la mer et à une nouvelle piste qui longe somptueusement la jetée . Le spectacle de la plage sous le soleil de juillet valait vraiment la peine prise.

Amiens/Berck 11 juillet

Comme prévu les estivants ont pris d'assaut tout ce que l'esplanade offre à boire et à manger ; nous nous retranchons dans la ville où le hasard nous conduit devant le casino à excellemment bien nommé « Welcome », où l'accueil est sympathiquement affable, voilà une adresse à retenir même si nous n'avons pas vue sur mer.

Amiens/Berck 11 juillet

La pause est l'occasion d'augmenter encore le niveau de bonne humeur ; très gourmands, mes compagnons renvoient Fred acheter d'énormes parts de flan à la boulangerie tandis que je me force à avaler mes petits sandwichs pour accompagner ma bière-pression; je n'ai jamais très faim le midi et j'oublierai même aujourd'hui de manger la barre de céréales des 150km.

Nous repartons tous requinqués pour la suite de l'aventure ; le vent d'Ouest souffle fort, ce qui nous réjouit, même quand nous l'aurons parfois de côté.Le circuit est plaisamment vallonné, la chaleur est agréable, le vent nous pousse, l'ambiance est joyeuse même si l'ensemble manque parfois de cohésion. Phiphi a 70 km de moins que nous dans les jambes et il monte les bosses en tête, bien loin de sa méforme du Printemps.En vrai costaud n'ayant rien à prouver à personne, Jack, qui d'ordinaire maîtrise l'allure, consacre aujourd'hui son sens du collectif dans l'aide à l'arrière, avec Sylvain qui bien sûr s'y emploie comme d'habitude . 

Je me sens vraiment bien même si le pourcentage de la côte de Vauchelles me surprend  et d'autres avec moi !

A Ailly le Haut Clocher la majorité de la troupe décide de bifurquer sur Villers sous Ailly plutôt que de suivre l'itinéraire prévu vers Long. C'est une très bonne idée car si nous montons souvent par là, nous ne descendons jamais. Nous voilà encore dépaysés car nous avons le temps de profiter du magnifique paysage enfin découvert de ce côté parce que, oui, ça descend vraiment jusqu'à L'étoile !

Amiens/Berck 11 juillet
Amiens/Berck 11 juillet

Alors pourquoi ai-je soudain très mal aux reins ? Ça m'arrivait régulièrement au cours de mes toutes premières longues distances, je croyais avoir réglé le souci ...mais aujourd'hui je souffre. Peut-être que mes lombaires subissent la conséquence des gros braquets tirés en début de reprise dans l'euphorie du vent porteur, conjuguée avec mes soucis féminins mensuels ; heureusement mes jambes et mon cœur se portent très bien, eux et je pédale allégrement mais dans la douleur de L'étoile à Yzeux, où la pause fontaine me permet de m'étirer. Entre ceux de mes amis qui se gaussent et ceux qui me cajolent de leurs conseils attentionnés la blessure disparaît. Ouf, le seul plaisir du vélo est revenu, mais par précaution, je m'interdis le grand plateau.

Aussi ne puis-je pas suivre l'accélération démentielle après Samara, je me retrouve seule dans la campagne ; je me sens triste, dédaignée, abandonnée ; c'est particulièrement injuste, moi qui veille toujours à ce que personne ne se sente délaissé, la solidarité ne fonctionne pas pour moi.

Bon d'accord, je suis bien évidemment attendue à St Sauveur mais pourquoi cette précipitation aujourd'hui, à un endroit où ça ne s'est jamais passé ainsi de l'année alors que je viens de rouler en serrant les dents sans broncher pendant une dizaine de kilomètres, ça méritait peut-être un tout petit peu de considération. C'était inutile de me faire cette peine, même éphémère.

Amiens/Berck 11 juillet
Amiens/Berck 11 juillet

Car, vite, la gaieté reprend le dessus ; Sylvain a depuis le départ l'excellente intention de regarder ensemble l'arrivée de l'étape à Mur de Bretagne devant une bière. L'heure tourne, c'est peut-être trop juste pour « l'embuscade » près du club, il faut trouver le bon endroit....pas de télé dans les bistrots de St Sauveur ; je propose de tester ceux de Dreuil mais avant c'est Ailly et juste à la sortie de ce village que nous trouvons « Le bilboquet » sur les bords de Somme. Nous avons eu le coup de pédale efficace car il est à peine 17h, le patron nous allume très jovialement l'écran géant il reste 10km, la dernière échappée du jour se fait reprendre, Froome est devant, Alexis Vuillermoz attaque, personne ne peut suivre...nous le poussons, nous l'encourageons...et assistons ensemble à la première victoire française sur le Tour 2015. C'était déjà une journée de joyeuse complicité, c'est maintenant un débordement d'enthousiasme. C'est la première Longue Distance de Fred K, il était déjà charmé par l'aspect sportif, le voilà conquis par la chaleur de l'ambiance. Après avoir dégusté nos bières bien méritées dans une atmosphère totalement réjouie il faut bien se résoudre à se séparer ; nous nous saluons gaiement au gré des rues suffocantes de la ville, je termine avec Fred et Sylvain.

J'ai 224 km au total, total repos prévu jusqu'à la prochaine LD, dans 3 jours seulement !

Toutes les photos de Fredéric K et moi ICI

 

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 11:36
Amiens/Mers les bains 30 juin
Amiens/Mers les bains 30 juinAmiens/Mers les bains 30 juin

Je l'avoue, j'étais inquiète . Est-il bien prudent de programmer une LD de 200km quand la semaine est annoncée caniculaire ?

La météo prévoit moins chaud mardi avec « seulement » 31°C. Je choisis donc de donner rendez-vous aux fanatiques en ce dernier jour de Juin.

Amiens/Mers les bains 30 juin

A 7h30, il fait déjà bon rouler bras nus ; je trouve au club Bruno, Claude, Didier D, Didier L, Florent, Gilles, Marc, Michel, Renaud pour l'USCA, Jack et Olivier pour les invités et fais attendre l'arrivée de notre trésorier préféré Sylvain les 5 minutes rituelles de retard.

Amiens/Mers les bains 30 juin

Florent et Sylvain ont programmé la carte sur leur GPS, ce qui me permet de pédaler détendue, libérée de la lecture des panneaux.

Les paysages de l’Été rivalisent pour nous éblouir entre coquelicots flamboyants, épis de blé dorés, bleuets pigmentés ,sous un ciel d'un bleu parfait sans une seule traînée blanche.

Le groupe est homogène, l'allure est énergique et régulière.

Je me sens en forme , le coup de pédale efficace, et profite de la roue de mon poisson-pilote Marc dans les petites grimpettes du début du parcours ; Claude et lui nous laisseront après Fricamps. Sylvain à Blangy sur Bresle après la belle vallée du Liger entre coteau calcaire abrupt et plaine bocagère.  

Amiens/Mers les bains 30 juin

Car nous voilà déjà en Normandie. A Rieux, Didier nous dévie de la route pour un pèlerinage au château où il fut colon puis animateur au siècle dernier. Le monument valait le détour, il ne faut jamais rechigner à suivre l'idée d'un des nôtres. Petit arrêt photos donc, avant d'attaquer les superbes pentes douces de la forêt d'Eu qui seront avalées sans peine dans un grand mouvement collectif grâce au train tout à la fois tonique et paisible maîtrise par Jack et Florent.

Amiens/Mers les bains 30 juin
Amiens/Mers les bains 30 juinAmiens/Mers les bains 30 juin

Bruno crèvera en plein cœur de la forêt ce qui nous octroie une dernière halte-fraîcheur, la chaleur monte comme prévu.

Amiens/Mers les bains 30 juin
Amiens/Mers les bains 30 juinAmiens/Mers les bains 30 juin

Mais l' imprévisible du jour, c'est qu'à l'ébahissement général, il ne faut jamais m'attendre une seule fois au bas d'une descente : à mon incompréhensible émerveillement, je ne ressens plus aucune appréhension là où j'étais tant effrayée auparavant, pas même dans les nombreux virages qui mènent à Grandcourt ! Épaté de ma présence dans sa roue après la descente de Millebosc Jack ne peut retenir ses louanges. Ce qui me sidère, c'est qu'aujourd'hui, moi pour qui descente rimait avec angoisse voire panique, j'ai encore réussi à découvrir un nouveau plaisir dans la vie : la griserie de la vitesse en roue libre sur un vélo !

Amiens/Mers les bains 30 juin
Amiens/Mers les bains 30 juin

Il est midi quand nous entrons dans Mers : la marée est haute.Le ciel éclatant se reflète dans la mer qu'il colore en turquoise bordé de bleu marine à l'horizon. Notre pause sandwichs sera face à la plage, le regard enchanté par le paysage dans une ambiance toujours joyeuse. 

Amiens/Mers les bains 30 juin

Il faut repartir et les premiers kms sont difficiles ; la température a monté et nous sortons de Mers en grimpant la longue falaise en plein soleil. Mais la suite du parcours est totalement plat, Florent nous faisant même obliquer à Pinchefalise vers le chemin de halage qu'il brûle de découvrir. C'est une excellente idée car la proximité du fleuve nous rafraîchit. Malheureusement les abords du Canal ont été fauchés et les épines s'incrustent dans nos pneus...crevaison donc pour Florent (double!), Renaud, Olivier et...moi. (Réparation par Jack et Michel soutenus moralement par Bruno et Florent).

Amiens/Mers les bains 30 juin
Amiens/Mers les bains 30 juin

Il fait soif mais le bar de Petit-Port ne sert pas de bière-pression et la moitié de l'effectif ne fonctionne exclusivement qu'à cette boisson énergétique. Nous nous désaltérerons donc à la terrasse du « Césario » devant la gare d' Abbeville où l'accueil est vraiment sympa, une adresse à conserver pour les jours de pépie. Il fait vraiment de plus en plus chaud et mon ardeur est inversement proportionnelle à celle du soleil ; à chaque passage à l'ombre ma cadence de pédalage reprend vigueur. L'allure reste tonique mais tellement régulière que nous suivons sans peine le rythme imposé principalement par Florent et Jack, Ils œuvrent pour la réussite collective marquant le tempo avec altruisme sans se préoccuper de provocation individualiste, en vrais costauds qu'ils sont. C'est le sel de la Longue Distance et grâce à cet esprit l' ambiance est de plus en plus enjouée au fur et à mesure de la journée.

A Amiens, au premier arrêt, au feu rouge de St Maurice, la chape de plomb de la canicule nous tombe dessus avec ses 31°C

Il est un peu moins de 18h à ma porte de garage, j'ai 209km, et c'est l’Été.

Toutes les photos de Florent, Gilles et moi ICI

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 14:04
Amiens Le Hourdel 18 juin

On croit les longues distances sur les rails, voire installées dans des habitudes assoupissantes, dénuées de toute fantaisie, comme si rien d'imprévisible ne pouvait arriver passé la mi-juin...Et c'est bien sûr quand on n'attend plus de surprises que surviennent de nouvelles péripéties...

Car si depuis le début de l'année nous avons été souvent confrontés à un vent adversaire, nous avions pédalé presque exclusivement sous le soleil. Et bien c'est en route pour l’Été que nous avons trouvé l'humidité des nuages samariens.

Amiens Le Hourdel 18 juin

Il pleut en ce matin du 18 juin ! Je me prépare pourtant normalement, un peu inquiète du nombre de guerriers au départ à 8h30, Florent m'ayant déjà envoyé un SMS de désistement...Et bien je trouve quand même Gilles, Michel T, Didier et Sylvain, les optimistes du club, qui comme la météo m'annoncent « ça va bientôt s'arrêter ». D'ailleurs, « ça » s'arrête ; dès La Chaussée-Tirancourt, les impers sont rangés, et je ne ré-enfilerai plus le mien, car il fait heureusement enfin chaud aujourd'hui. Mes camarades se recouvrent à Longpré les Corps Saints car une petite pluie très fine retombe.

Pourtant, l'espoir de l'éclaircie ne nous quitte pas, même si notre quête du soleil nous promène de nuages en nuages...L’horizon qu'on voyait clair se colore de gris foncé à notre approche et ce jusqu'à ...Lanchères, où le ciel est enfin lumineux, et il est midi moins le quart !

Amiens Le Hourdel 18 juin
Amiens Le Hourdel 18 juin

Pour fêter ça je propose de quitter le parcours officiel et d'arriver à Cayeux sur Mer par le Marais...où nous nous perdons...mais nous avons repéré le bon chemin de cette route pittoresque pour une prochaine fois.

Amiens Le Hourdel 18 juin
Amiens Le Hourdel 18 juin
Amiens Le Hourdel 18 juin

Le bistrot prévu pour la pause est fermé ; et grâce à cet aléa nous découvrons une nouvelle adresse à conserver précieusement ; malgré notre aspect boueux, nous sommes accueillis avec sourires et amabilité à « La plage » où nous consommons de délicieuses Pétrus en terrasse abritée du vent, avec une vue splendide sur la marée haute ; je suis trempée comme après un bain dans les vagues...Sylvain prend des nouvelles des « ardéchois » pendant que je réponds à ceux qui veulent venir à notre rencontre.

Amiens Le Hourdel 18 juin
Amiens Le Hourdel 18 juin
Amiens Le Hourdel 18 juin
Amiens Le Hourdel 18 juin

Nous repartons ragaillardis par la somptueuse route blanche, jusqu'au Hourdel où au km 90 exactement le soleil apparaît pour ne plus nous abandonner .

Amiens Le Hourdel 18 juin

Je suis déjà sèche à St Valéry où nous décidons de partir dans une téméraire expédition : descendre jusqu'au chemin de halage.

Amiens Le Hourdel 18 juin
Amiens Le Hourdel 18 juin

Le macadam est parfait, le paysage le long du Canal nous dépayse puisque nous ne le connaissions pas ; avec l'émerveillement de la nouveauté, nous nous reposons des caprices du ciel du matin poussés par le vent d'Ouest sur ce parcours parfaitement plat. Bien sûr nous nous perdons dans Abbeville alors que nous n'aurions dû quitter le chemin qu'à Epagnette, bon prétexte à fou-rires.

Nous rencontrons Jack avant Eaucourt, Didier Daumalle à Pont-Rémy, Florent à Long, c'est toujours du plaisir ajouté ces recrues supplémentaires...

Gilles est satisfait, il voulait rentrer à 17h et il est 16h30 quand nous terminons notre joyeux périple par un rafraîchissement bien mérité offert par Michel à « L'embuscade » ; pile 160km du club ; le soleil m'éblouit tellement que j'emprunte sa casquette à Sylvain !

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 14:11
Amiens/ Le Tréport/ Amiens 17 mars 2015Amiens/ Le Tréport/ Amiens 17 mars 2015

Une longue distance mémorable, à l'esprit sportif au sens noble, accord parfait de l'effort physique et des valeurs de la camaraderie. 

Il a gelé ce matin du 17 mars , mais le soleil brille et nous sommes huit au rendez-vous  du club où je retrouve Alexandre, Didier, Henri, Renaud, Sylvian, notre fidèle Jack et Fred, le meneur du jour. Il nous a envoyé le circuit par mail pour nous allécher et je jubile à l'avance des belles bosses normandes à venir. La météo va nous gâter, l'Hiver semble laisser la main au Printemps au fur et à mesure de la journée et tout ça sans un souffle de vent.

Nous sortons d'Amiens quand je réalise que j'ai oublié mes barres de céréales ! Pas grave, j'ai de quoi remplir deux bidons de ma préparation énergétique personnalisée, ce sera alimentation liquide sur ces 200km....Comment ça 200km ? Didier me gronde, j'avais annoncé 180km...et Jack s'affole, il en était resté aux 130km décidés samedi, il n'a que de l'eau ! Mais ni l'un ni l'autre ne parle un instant de faire demi-tour bien sûr !

L'allure va être régulière, homogène , l'ambiance joyeuse et chaleureuse à chaque tour de pédale.

Amiens/ Le Tréport/ Amiens 17 mars 2015Amiens/ Le Tréport/ Amiens 17 mars 2015

Petite fantaisie du jour : habituellement on profite d'un arrêt incident mécanique pour une pause-pipi, et bien cette fois, Henri a l'astuce de profiter d'un arrêt-pipi pour crever, ce qui nous évite de stopper plus loin, quelle bonne idée !

Même encore dépouillé et incolore en cette fin d'Hiver, le paysage entre falaises de craie et étangs des vallées du Liger et de la Bresle est charmant. La route un peu bosselée, jamais monotone, nous emmène en Normandie où nous bifurquons vers la forêt d'Eu. Didier est tout ému de retrouver le clocher de Rieux où il fut colon puis mono au 20ème siècle.

Les pentes sont comme dans mon souvenir et je les monte comme je les avais rêvées, avec délectation. Jack et Alexandre modèrent admirablement le train, je prends les roues telles une friandise dégustée. Derrière, notre courageux Henri , qui n'aime pas les bosses, y a pourtant passé bien plus de temps que nous ; il connaissait le circuit, il savait qu'il souffrirait et est néanmoins venu. Je l'admire pour sa volonté,sans parler de sa vaillance remarquable : même pas peur de 2 chevrons sur la carte ! 

Amiens/ Le Tréport/ Amiens 17 mars 2015

Mais il aura sa récompense, car au bout de sa peine, il n'y a plus rien d'autre que...la Manche ! Du haut des falaises,où couve une mouette imperturbable, l'horizon nous éblouie, le bleu du ciel se confond avec celui des vagues, la plage irradie de clarté...Le panorama est une merveille. Je ne le sais pas encore, mais ce soir, pour la première fois depuis des semaines les sapins enneigés ne défileront plus sous mes paupières, ce sera la mer enchantée par la lumière éblouissante du soleil de Mars qui me ménera au sommeil.

Dommage, la brasserie du funiculaire est fermée,nous décidons de descendre jusqu'à Mers les Bains.

 

Amiens/ Le Tréport/ Amiens 17 mars 2015Amiens/ Le Tréport/ Amiens 17 mars 2015

J'ai parlé au début des valeurs de camaraderie...donc je vais prouver que je suis bonne camarade ne gardant de notre repas que la gentillesse de l'accueil au « Parisien »,en ajoutant tout de même que jamais je n'avais été autant soulagée par une première gorgée de Leffe en terrasse, persuadée qu' à posteriori cette pause sandwichs sera inoubliable et nous égayera toujours à son évocation. Je n'expliquerai pas pourquoi je reprends la route dans un si bienfaisant état de relâchement...

Des 50 premiers km je n'ai rien de rien à raconter, tellement la cadence fut limpide...sauf une crainte de crampes pour Renaud et un petit mal aux jambes vite passé à proximité d'Allery. A Airaines Henri s'inquiète d'une bifurcation, je lui explique que c'est pour éviter les bosses, il manque défaillir de joie, Fred nous privera même du court raidillon d'Yzeux en choisissant la route de Crouy. A Longpré aïe, nous perdons Renaud, ouf vite retrouvé car en fait c'était lui qui avait choisi la bonne voie.

C'est sûr, à partir de là, nos vélos connaissent tellement la route que nous pourrions fermer les yeux, mais la fatigue arrivant, il faut rester vigilant pour eux. Alexandre nous laisse à La Chaussée Tirancourt pour rentrer directement chez lui, c'est la première longue distance de sa jeune vie et il est enchanté. Sylvian s'interroge sur sa motivation à aligner 1000km de plus pour boucler Paris-Brest-Paris. Car il est temps d'arriver, ça fait 8 heures que je pédale sans manger rien d'autre que mes deux petits sandwichs du midi, mais en me forçant à boire ma mixture nutritive tous les quart d'heure, et mon corps s'en satisfait... 209km... je me prends à chercher quel chemin le plus court me ramènera chez moi...

Amiens/ Le Tréport/ Amiens 17 mars 2015

... c'est décidé, c'est bien celui qui passe par une bonne boisson de récupération chez Didier et Paulette.

Fred me laissera au coin de ma rue, c'est grâce à lui que nous avons vécu cette merveilleuse journée,et en recopiant son sms je lui laisse le mot de la fin « Super journée, que du bonheur. A renouveler. »

Toutes les photos ICI

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 19:55
Amiens/Le Crotoy/Amiens

Message imprévu de Jean-Luc , il a un lumbago et me demande de le remplacer dans le rôle de capitaine de route sur la longue distance Amiens/ Le Crotoy/ Amiens prévue ce 10 mars,

Pas d'inquiétude j'ai assuré ce rôle sur ce même circuit l'an dernier.

La journée commence mal, j'allume la radio à 7h sur l'affreuse nouvelle de l'épouvantable accident d'hélicoptére provoquant la mort de 3 grands champions français et d'une équipe entière de TF1.

Il pleut!Ce n'était pas du tout prévu par la météo ; mais il fait 11°C, c'est la première fois de l'année que le thermomètre indique 2 chiffres si tôt le matin. Fred m'encourage par un SMS prometteur de soleil dès 10h, avant de retrouver ses élèves.

Je crains fort que l'humidité n'ait découragé mes compères habituels, mais leur persevérance est inébranlable et nous sommes 15 ! Pour l'USCA Arnaud, Chrystel, les deux Didier, Dominique, Jean-Paul, les deux Michel, Sylvain R, Sylvian et moi, pour les « invités » Daniel, Jack, Olivier et Christine, je ne serai enfin pas la seule femme aujourd'hui !

C'est bon, la troupe m'accorde sa confiance pour les mener à bon port, nous pouvons partir...

Premier arrêt juste après la citadelle, Christine crève, j'en profite pour ranger le kway, il ne pleut pas en fait , cela nous rend très joyeux, nous avons eu raison de ne pas renoncer.

L'ambiance est donc particulièrement guillerette, une deuxième crevaison de Christine est même occasion de bonne humeur, juste avant Condé-Folie où le soleil pointe pour ne plus nous lâcher de la journée.contribuant au bonheur du jour.

L'allure est constante, agréable à tous. Arnaud crève à Mareuil, et Christine une 3ème fois à Abbeville mais ça ne nuit pas à l' allégresse de notre compagnie.

Nous arrivons sans autre aléa à St Valéry, nous ennuyant un peu ensuite sur la piste cyclable au paysage encore hivernal et atone.

Amiens/Le Crotoy/Amiens

Mais quelle récompense en arrivant sur le port  du Crotoy ! La lumière sur la marée basse donne au ciel un bleu surnaturel. Il fait si bon que nous nous installons à la terrasse de « La bonne franquette » pour la première fois , blousons ôtés tant le soleil chauffe. Le service y est toujours aimable et rapide. Aussi je ne comprends pas bien la précipitation de certains qui sont remontés sur leur vélo avant même que les cafés commandés n'aient été servis à tous,. La pause a été vraiment trop courte , à peine un quart d'heure, je n'ai pas eu le temps de savourer mon demi, offert cette fois par Didier.  

Amiens/Le Crotoy/AmiensAmiens/Le Crotoy/Amiens

Pourtant même baclée, l'entracte renforce notre complicité et c'est ragaillardis que nous repartons , longeant la plage ,éblouis par sa splendeur au grand soleil. Même la platitude des routes côtières n'a rien de monotone , tant le regard est charmé.

L'allure reste fluide, agréable, mais la crevaison de Sylvain nous arrête à Nolette, Christine en profite pour ôter son gros pull et le caser dans le sac de l'adorable Michel.

Le vent devient défavorable mais la route défile, le temps aussi...à la sortie de Liercourt nous croisons Michel L venu à notre rencontre...et un peu plus loin le fidèle Bruno, Claude, Henri, Vincent et encore Dany V....au moment où Jean-Paul crève. Cette fois c'est certain, nous ne verrons pas l'arrivée de l'étape de Paris-Nice en direct !

L'arrivée de cette équipe de secours qui nous protégera bravement du vent de face nous égaye Vincent a l'élégance galante de prendre mon sac à dos sur ses épaules. A Yzeux, on me demande un arrêt ravitaillement en eau, la troupe ralentit donc et j'en profite pour me faire résumer par Vincent ses 3 mois en Centrafrique ; c'est tellement passionnant que j'en oublie complétement les assoiffés qui devront appuyer sur les pédales pour nous rattraper à Belloy. Je suis confuse mais Christine m'assure avoir apprécié la poursuite, tout est arrangé.

C'est déjà Amiens, mes compagnons cherchent les superlatifs pour décrire cette sortie épatante, un compagnonnage au train radieux. Le peloton se délite jovialement, au gré des rues. Après une acrobatie en duo avec Vincent pour récupérer mon sac, j'accompagne le reste du groupe jusqu'au club. Michel m'annonce 171 km...c'était 160 prévus ; sûr, je nous ai égarés quelque part. Tant mieux, ça a fait 10 km de délectation ajoutés.

Toutes les photos ICI

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 22:49
Première 2015: Saint-Valéry sur SommePremière 2015: Saint-Valéry sur Somme

Le suspens aura donc duré près de 6 mois...

Et pour vous remercier de votre patience, fidèles lecteurs, je réponds enfin à vos judicieuses interrogations... 

Nos heros retrouveront-ils leur forme mysterieusement disparue en hiver?

Comment  allons nous les retrouver, les ayant laissés fringuants et minces en tenue estivale à la terrasse de "l'embuscade", après un dernier périple joyeusement original? Allaient-ils  résister aux multiples dangers de la froidure: grippe, glissades, disputes, paresse,descentes diverses,  agapes festives et autres em(bûche)s?...

Si votre narratrice s'en est sortie sans même une chute de ski, à peu près indemne, hormis quelques rides et cheveux blancs supplémentaires, mes equipiers n'ont pas été avares d'imagination pour occuper leur corps pendant les frimas: fracture, opérations, tendinite...le vainqueur à ce petit jeu étant sans conteste Fred et son infarctus! 

Et bien je vous rassure...ils sont là, prêts, opérationnels, au rendez-vous de la première longue distance 2015, dispos, gaillards, et surtout, surtout heureux d'enfin reprendre la route vers l'Eté. Nombreux , profanes et initiés,et je vais citer tous ceux qui ont fait le parcours complet avec moi: Arnaud, Bruno G, Chrystel, Didier L, Dominique, Florent, Jean-Luc, Jean-Paul, Laurent D, Marc, MichelH, Michel T, Renaud, Patrice, Sylvian, Yves, Fred G et son pilote Julien pour l'USCA, et nos invités Daniel, les deux Hervé, Olivier. Je ne compte pas les accompagnateurs matinaux qui nous ont laissés en chemin.

Comme je me suis délectée de chaque instant de cette journée!!! 3°c seulement au réveil à 7h30, des toits couverts de givre mais un pâle soleil levant à l'horizon. Pour sortir une heure plus tard je serai couverte comme pour aller skier , chaufferrettes à l'intérieur des gants comprises, j'aurai tout de même froid jusqu'à la sortie de la ville. Un lumineux soleil  a tout le jour éclairé la campagne , les arbres encore nus, le paysage découvert de fin d'Hiver.

Première 2015: Saint-Valéry sur SommePremière 2015: Saint-Valéry sur Somme
Première 2015: Saint-Valéry sur SommePremière 2015: Saint-Valéry sur Somme

Bien sûr il y a eu quelques péripéties: deux crevaisons en 300m , Didier puis Patrice, à Flixecourt à l'aller...

 

Première 2015: Saint-Valéry sur SommePremière 2015: Saint-Valéry sur Somme
Première 2015: Saint-Valéry sur SommePremière 2015: Saint-Valéry sur Somme

A St Valéry,la lumière sur la mer, la beauté de la baie de Somme nous ont sauté à l'âme en un éclair, juste avant des satisfactions bien plus triviales devant une bière (qui me fut offerte par Dominique) et même pour quelques uns des moules-frites au St Val à l'accueil professionnel et efficace malgré la clientèle des vacances scolaires françaises et britanniques.L'épouse de Patrice et son fils nous y ont d'ailleurs rejoints.

Au retour, une chute complétement surréaliste a mis au sol sans gravité Jean-Paul , Bruno et nos deux tandémistes dans la montée juste avant Saigneville heureusement mal nommé aujourd'hui.

Le peloton a fendu vivement la plaine. Bien calée dans les roues je n'ai eu aucun mal à suivre: je suis toujours restée sur le petit plateau et j'ai un 39! Aussi je suis déçue 'd'apprendre que ce ne fût pas le cas pour tous. Et si je suis moi ravie de l'allure et de la bonne ambiance, je ne suis pas comblée, certains s'étant sentis dépassés et délaissés, ce qui est l'inverse de l'esprit longues distances où les plus forts doivent venir avec l'idée qu'ils doivent se mettre au service des plus faibles...mais surtout où personne ne doit se mettre dans le rouge à l'avant pour épater la galerie...la seule gloire à trouver dans une longue distance c'est mettre tout en oeuvre pour qu'on reste tous ensemble afin que chacun se sente capable de chanter sur son vélo!!!

Je voudrais tant que tous soient aussi joyeux que moi à la fin de cette sortie et à 100% ...car je me sens radieuse de cette première qui augure une merveilleuse saison à condition que tous les présents laissent l'égoïsme à la maison.

Michel n'est pas encore rentré de son aller-retour Crévecoeur quand je passe sous la douche à un peu moins de 16h. La journée n'en finit pas d'être délicieuse, je la termine avec lui chez Christine et Hervé devant une tartiflette...apprenant qu'Hervé n'en avait pas eu assez...il avait fait demi-tour pour repartir jusqu'à Airaines...il a fait 195km...soit 50 de plus que moi!

Toutes les photos ICI

 

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 19:42

Glissement progressif du plaisir...

DATE

DISTANCE

Heure départ

Dénomination et Lieu de repas envisagé

Mardi 3 mars

140 km

9h00

St Valéry (Le St Val)

Jeudi 10 mars°

160 km

8h30

Le Crotoy 1 (La Bonne Franquette)

mardi 17 mars°

200km

8h30

Le Tréport/Mers (Le Parisien)

Samedi 21 mars °

160 km

8h30

Cayeux (Au Kiosque)M

Mercredi 1 avril

170 km

8h30

Ault (Le Week-end)

Mardi 7 avril

160 km

8h15

La Santerre-Oise : Breteuil (Le Stop)

Mardi 14 avril

170 km

8h15

Le Crotoy 2 (La Bonne Franquette)

Jeudi 07 mai °

170 km

8h00

Gerberoy (le Café des Halles, à Songeons)

Mardi 2 juin

160 km

8h00

La L.D. de Didier (Ressons sur Matz))

Mardi 9 juin

160 km

8h00

St Valéry 2 (Le St Val ou + haut…)

Samedi 13 juin

210 km *

7h30

Berck (à déterminer)

Mardi 23 juin °

200 km

7h30

Fort-Mahon (L’Amandine)

Mardi 30 juin

210 km

7h30

Le Tréport/Mers (si Mers : Le Parisien)

Mardi 14 juillet

170 km

8h00

Gamaches (La Tanière à Tatin)

Samedi 18 juillet

235 km *

7h15

Le Touquet (à déterminer)

Mardi 28 juillet °

150 km

8h30

Crécy en Ponthieu (à déterminer)

Samedi 8 août °

260 km *

7h00

Veules les Roses (à déterminer)

Mardi 18 août °

210 km

7h30

Arras (sur la Grand Place)

Samedi 29 août °

210 km *

7h30

Coucy le Château (Le Belle-Vue)

 

 

 

Repost 0
Published by Catherine - dans USC Amiénois
commenter cet article