Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le velo de Cat
  • Le velo de Cat
  • : la vie et le vélo côté féminin
  • Contact

Profil

  • Catherine
  • licenciée à l'USC amiènois, 3enfants,pacsée à Michel.
A 15 ans 2 jours j'ai écrit dans mon journal "Je ne voudrais plus faire que ça, pédaler, grimper, souffrir, sourire...bref vivre à vélo". 
Je crois avoir réussi.
  • licenciée à l'USC amiènois, 3enfants,pacsée à Michel. A 15 ans 2 jours j'ai écrit dans mon journal "Je ne voudrais plus faire que ça, pédaler, grimper, souffrir, sourire...bref vivre à vélo". Je crois avoir réussi.

Cumul kilométrique 2016

 

2016  : 11805

2015 12066

2014:  12 826

2013: 11 360

2012: 10 640

23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 14:21
20 septembre Baie d'Authie 220km

Quelle aventure! Une longue sortie d'anthologie!

 

 

 

20 septembre Baie d'Authie 220km20 septembre Baie d'Authie 220km

15°C en ce matin de l'avant dernière journée de l'été et c'est avec Didier H, Dominique, Jean -Paul, Jean -René, Gilles, Manu,Michel H, Olivier, Patrick, Philippe L , Renaud et Sylvian que je pars vers l ouest.dans une discrète brume estivale Alors  que la météo prévoyait grisaille et quelques gouttes, le soleil illuminera très vite la campagne.

Nous connaissons tous parfaitement la route même si je propose une petite bifurcation bucolique à Fontaine sur Somme.  L'allure est régulière et vive. 

A la sortie d'Abbeville, nous bifurquons vers la seule bosse du jour,  où une machine agricole nous dévie vers une pente vraiment raide. De  Buigny Saint Maclou à Sailly Flibeaucourt nous empruntons de charmantes routes pittoresques puis cheminons allègrement jusqu'à Favières...où    Les ennuis commencent...

Et oui, nous nous égarons un peu dans le dédale du Marquenterre côtier mais l'exquis paysage entre coquets hameaux et prairies équestres valait bien ces détours.

 

20 septembre Baie d'Authie 220km

Et c'est avec plus de 100km au compteur que nous atteignons enfin Fort-Mahon et la baie d' Authie. La vue est dégagée sur  Berck de l'autre côté mais affamés nous ne nous attardons que le temps d'une photo prise par une aimable touriste belge.

 

20 septembre Baie d'Authie 220km20 septembre Baie d'Authie 220km20 septembre Baie d'Authie 220km

Olivieet Gilles nous ont  précédés près de la plage à "L'Amandine" et les tables de la terrasses sont déjà agencées pour notre installation. Le patron Michel et ses serveuses nous accueillent toujours avec une sympathie souriante, en "vieux habitués"; les sandwichs sont énormes et des ramequins débordant de cacahuètes sont ajoutés gracieusement à notre commande.

20 septembre Baie d'Authie 220km
20 septembre Baie d'Authie 220km20 septembre Baie d'Authie 220km

C'est marée haute , les coefficients sont si élevés à l'approche de l'équinoxe qu'une rangée de cabines est déjà remisée et que le "Bar de la Plage" a été hissé sur l'esplanade à l'abri des vagues.

Nous repartons joyeusement, assurés de ne plus nous perdre: nous prenons le parcours inverse de l'aller...nous cheminons donc allègrement et c'est le coup de pédale agile que nous admirons deux fois en dix minutes la même belle petite église...Encore une grande première! C'est la toute première fois que je fais tourner en rond la troupe au cours d'une de nos longues sorties! Ils ne m'étranglent pas mais moi je m'étrangle de rire à cette burlesque péripétie. Vive la fantaisie!

Nous sortons enfin du labyrinthe...au Crotoy... qui n'était pas dans mon plan. Mais promis, c'est sûr je maîtrise vraiment le parcours pour une prochaine fois.

La suite s'annonce sans souci: descente vers Port le Grand, chemin de halage à Petit-Port, courte traversée d'Abbeville...Avant Eaucourt nous avons le grand plaisir de rencontrer Henri, Jean-Luc et Sylvain, je vois toujours les copains de l’après-midi comme de joyeux renforts Leur aide est précieuse, surtout aujourd'hui car Jean-luc nous informe que la village de Coquerel vient d'être gravillonné: nous reprendrons donc la rive gauche de la Somme.Là, je rencontre Thierry Gouguechon,, camarade de peloton des années 80 avec son fils Baptiste, un Espoir National, et comme le monde du vélo est petit, élève de Terminale de Sylvain...Ils se joignent à notre alerte peloton, je discute avec Thierry depuis une dizaine de kilomètres, quand brutalement, sans aucun avertissement,par totale surprise, une averse cinglante nous tombe dessus .

20 septembre Baie d'Authie 220km

 Michel me propose de nous arrêter pour enfiler les impers. Nous repartons aveuglés par les trombes d'eau, et des voix nous hèlent à l'entrée de Longpré les Corps SaintsDominique, Jean-Paul , Jean-René et Sylvain sont réfugiés sous un porche; nous les rejoignons. Un peu lus tard, Didier, Jean-Luc et Olivier restent sourds à nos appels. L'auvent de pierre est celui d'un cabinet médical. Un médecin nous propose d'entrer au sec mais nous déclinons l'offre généreuse, inquiets de déhancher un dégât des eaux.

Le ciel se calme et nous voilà repartis sous une petite pluie fine supportable...Mais pour moi la galère commence.le ruissellement de l'eau sur mon visage entraîne ma crème solaire jusqu'à mon œil gauche le brûlant si horriblement que je suis obligée de stopper, avant Hangest incapable de continuer; mes cinq compagnons d'infortune me soutiennent et m'attendent. Heureusement la pluie s'arrête, ma douleur aussi...La bonne humeur revient...mais la pluie reprend de plus belle, et nous nous réfugions dans l'abribus de Belloy....très très longtemps.Nous repartons quand la pluie se calme mais le même scénario se reproduit, je ne peux pas continuer, la souffrance est si terrible que je me jette dans l'herbe à Samara. La solidarité tente de s'organiser,Comme je me sens fraternellement épaulée par mes cinq compagnons! Sylvain est complètement gelé, il est "vêtu" en Eté, sans imper,ses doigts sont blancs de froid et pourtant il reste là, attentivement secourable comme toujours, son dévouement aux autres m'épate.. L'urgence est de sécher mon œil, mais les tentatives sont pathétiques, mes amis et moi ne sortons de nos poches que des tissus dégoulinants.

Saint-Sauveur, un indigène nous dépanne généreusement d'essuie-tout et je bricole un bandeau anti-gouttes...alors que la route est sèche sous nos roues...

Nous terminons trempés mais au sec, il était 16h25 quand nous nous sommes abrités à Longpré...il est 18h50 quand j'arrive chez moi 30km plus loin. Gilles m'apprend qu'après un refuge seul à la station d'essence (dommage, à peine à 100m du cabinet médical)il a rattrapé Didier qui lui même m'informe qu'il est bien arrivé.Je ne sais pas où sont passés tous les autres, mais comme aucun avis de recherche n'est lancé je pense qu'ils sont bien rentrés.

C'était notre dernière longue sortie de l'Eté, il fallait bien l'arroser! J'avais prévu 190km, et j'en ai exactement 224, dont 194 de bonheur et 30 d'indéfectible solidarité, de chaleureuse entraide. Je peux dormir tranquille, il y a des hommes bons à l'USCA.

Partager cet article

Repost 0
Published by Catherine
commenter cet article

commentaires